Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 01:00

MozartNous proposons trois études autour du Frère Mozart. Trois aspects sont abordés à commencer par sa vie profondément marquée par la franc-maçonnerie; puis nous rentrerons dans les arcanes de la Flute enchantée et de ses trois notes. Ceci est un travail modeste mais commun aux loges françaises et italiennes de la GLSREP.

 

Mozart, franc-maçon compositeur

Il a 11 ans en 1767, malade de la variole, le docteur Wolff, franc-maçon connu le guéri. Pour le remercier, il compose une mélodie et l’offre au docteur Wolff. Cette composition porte un titre faisant apparaître l’importance de la fraternité : An die Freude.

En 1768, par l’intermédiaire de Thun, il fait la connaissance du célèbre docteur Mesmer grand spécialiste du magnétisme, franc-maçon lui aussi .
En 1773, un franc-maçon important, von Gebler considéré comme une lumière de son siècle, commande à Wolfgang deux chœurs et cinq entractes pour accompagner un drame héroïque : Thamos roi d’Egypte (Thamos, König in Aegypten). Préfiguration de ce que sera un jour la Flûte enchantée (Die Zauberflöte).

Ainsi, Mozart, de 11 à 17 ans se trouvent continuellement au contact des francs-maçons et de leur mode de pensée.
Le 14 décembre 1784, Wolfgang entre enfin en franc-maçonnerie. Il attend, seul dans un cabinet de réflexion, où sont posés quelques symboles qu’il reconnaît. 
Il distingue à peine, dans la pénombre, les marques des principes fondamentaux. Il est venu pour chercher la Lumière.
Bien qu’il soit seul dans cette recherche, il expliquera par la suite, dans ses divers échanges de correspondance, combien cette escale l’aura marqué, et comme elle lui aura permis de différencier l’essentiel du dérisoire, la dissonance opposée à la noblesse        de     L’âme.
Ils seront nombreux à s’illustrer dans cette quête ; d’ailleurs, n’appelle-t-on pas cette ère « siècle des Lumières »?

On lui apporte un document vierge ; Wolfgang en rédige le contenu testamentaire, dont les références suggestives et opératives se retrouveront dans son testament musical, composé en triptyque par la Flûte enchantée, la Clémence deTitus et le Requiem.

Son initiation le marquera à jamais. Mozart meurt à son ancienne vie, laissant la place à Wolfgang, l’apprenti Maçon. Émerveillé, il découvre alors ce qu’est le Secret maçonnique.
Mozart découvre le mystère maçonnique par les allégories et les symboles de sa Loge. Il retrouve une doctrine, une Tradition ancestrale d’une grande richesse et adogmatique :

Les numériques : Lumières, Batteries, Escaliers, Âge, Années, Heures.

Les géométriques : Triangles, Carrés, Pentagones, Hexagones…
Pratiques : Outils, Colonnes, Épées…
Décoratifs : Couleurs, Tabliers, Sautoirs, Bijoux…
Conceptuels : Références, Origines, Formules, Lettres…

La découverte du Rituel, de la tradition et du symbole va porter Mozart vers la Lumière. La compréhension des arcanes initiatiques ensemence sa production musicale. Celle-ci est enrichie par les nouveaux symboles auxquels il a désormais accès.


Il est cependant condamné au silence durant quelque temps ; le temps de passer au grade de Compagnon.
Le 7 janvier 1785, Wolfgang est promu au grade de compagnon à la  Loge   de     Zur  Wahran    Ein   Trash.

Le 10 janvier, il achève le quatuor à cordes en la majeure (K464) dont l’andante se réfère au rituel de réception maçonne.
Mozart n’a déjà plus que quelques années à vivre, il n’ignore rien de ses fragilités.

 Le 10 janvier 1785, Wolfgang compose le quatuor à cordes en la majeure (K464) dont l’andante se rapporte au rituel de réception.
Le 13 janvier de la même année, Mozart, le surdoué, est élevé au grade de Maître.

Quatre jours plus tard, il compose un quatuor à cordes en ut majeur (K465) qui se réfère au grade de compagnon.
Le 11 février 1785, Haydn se présente à la porte du Temple, il frappe trois coups à son tour et demande à être reçu…
S’en suit un voyage initiatique, dont la teneur et les impressions resteront à jamais, aux yeux de Mozart, indicibles aux profanes.

Le partage des secrets de l’initiation se fera entre les deux Frères.
En mars 1785, Mozart termine le concerto en ut majeur (K 467) dont une partie est fortement maçonnique. L’andante fait allusion au grade de Maître.

6 avril 1785, Wolfgang voit Léopold son père effectuer son initiation maçonnique. Le père et le fils se retrouvent sur les colonnes. Une nouvelle complicité va les unir à jamais. Wolfgang ignore qu’il ne reverra jamais son père.
Au fil des mois Wolfgang participe aux tenues régulières et compose de nombreuses œuvres destinées à être jouées lors des réceptions des loges.
Il compose des odes funèbres à l’occasion du décès de frères, il s’impose l’écriture d’une cantate (K 429) destinée aux fêtes de last Jean d’été qui ne fut pas achevée. Haydn sont ami pour toujours, ne fréquente plus les loges, car son option religieuse est contradictoire du libertinage régnant aux agapes de cette époque.

Dès l’été de l’année 1791, Mozart voit son état de santé empirer. Il est victime du syndrome de Schoenlein-Henoch, qui le mène vers une  mort  lente   et   douloureuse.

À son décès, ses frères se réunirent en tenue funèbre. L’oraison funèbre  met en exergue le niveau de fraternité régnant dans la loge :

« Le Grand Architecte de l’Univers vient d’enlever à notre Chaîne fraternelle l’un des maillons qui nous étaient les plus chers et les plus précieux. Qui ne le connaissait pas ? Qui n’aimait pas notre si remarquable frère Mozart ? Il y a peu de semaines, il se trouvait encore parmi nous, glorifiant par sa musique enchanteresse l’inauguration de ce Temple.

Qui de nous aurait imaginé qu’il nous serait si vite arraché ? Qui pouvait savoir qu’après trois semaines, nous pleurerions sa mort ? C’est le triste destin imposé à l’Homme que de quitter la vie en laissant son œuvre inachevée, aussi excellente soit-elle. Même les rois meurent en laissant à la postérité leurs desseins inaccomplis.

Les artistes meurent après avoir consacré leur vie à améliorer leur Art pour atteindre la perfection. L’admiration de tous les accompagne jusqu’au tombeau.

Pourtant, si des peuples pleurent, leurs admirateurs ne tardent pas, bien souvent, à les oublier. Leurs admirateurs peut-être, mais pas nous leurs frères !

La mort de Mozart est pour l’Art une perte irréparable. Ses dons, reconnus depuis l’enfance, avaient fait de lui l’une des merveilles de cette époque. L’Europe le connaissait et l’admirait.

Les Princes l’aimaient et nous, nous pouvions l’appeler : “mon frère”.

Mais s’il est évident d’honorer son génie, il ne faut pas oublier de célébrer la noblesse de son cœur.

Il fut un membre assidu de notre Ordre. Son amour fraternel, sa nature entière et dévouée, sa charité, la joie qu’il montrait quand il faisait bénéficier l’un de ses frères de sa bonté et de son talent, tels étaient ses immenses qualités que nous louons en ce jour de deuil.

Il était à la foi un époux, un père, l’ami de ses amis, et le frère de ses frères. S’il avait eu la fortune, il aurait rendu une foule aussi heureuse qu’il l’ait désiré. »

Par le Tri\de recherche « Les Écossais de Janas »

 

La Flûte enchantée et son message symbolique

 

Dans notre microcosme, chaque aspect de cette réalité peut avoir pour symbole un personnage de cette œuvre. Nous le voyons déjà à la signification de leur nom :

TAMINO et PAMINA seraient l’homme et la femme consacrés au dieu égyptien MIN (dieu de la fécondité en haute Égypte)

PAPAGENO (perroquet) qui répète tout sans réfléchir et qui reproduit simplement les actes de la vie quotidienne.

SARASTRO serait l’équivalent de ZOOROASTRE (prophète iranien) et représente l’ordre et la morale.

MONOSTATOS celui qui n’évolue pas en esprit et reste au rang primaire

La Reine de la Nuit représente les forces obscures.

 

Étant des chercheurs de vérité, nous sommes donc des Tamino errant dans le monde chaotique du domaine de la reine de la Nuit. Ce qui ressemble bien à notre monde sans harmonie avec toutes ses contradictions.

Dans ce monde règne notre instinct vital le plus ordinaire, nous nous trouvons démunis et sans arme.

Cet instinct vital est représenté par le serpent, symbole de la tentation, de l’habitude et des instincts soumis.

Tamino, lorsqu'il est attaqué par le serpent crie au secours comme nous pouvons le faire et l’on se confie à d’autres forces.

Ainsi les 3 servantes voilées représentent la force d’aspiration de notre cœur à renverser le cours établi des choses

 - La puissance de compréhension qui émane de notre être

 - La volonté d’agir.

 

Pourquoi les servantes sont-elles voilées ?

 

Symboliquement, nos pouvoirs naturels sont aussi voilés aux yeux du monde. Les servantes ayant vaincu le dragon essaient de séduite Tamino et apparaissent 3 tentations :

-         le pouvoir

-         l’occultisme

-         le mysticisme

Voilà quelques messages qu’essaie de faire passer MOZART ;

 

Revenons à d’autres symboles :

Le chiffre maçonnique 3 est omniprésent dans les personnages secondaires et dans les décors :

-         3 profanes

-         3 dames

-         3 garçons

-         3 prêtres

-         3 temples

-         3 portes

 

Ainsi que le chiffre 18 représenté par le nombre de prêtres et l’âge de Pamina.

Dans les décors 2 corps célestes (Soleil et Lune) représentent les 4  Éléments.
Sarastro et Tamino, masculins sont associés au soleil, à l’or et au feu ; la Reine et Pamina à la nuit, l’argent et l’eau.

Papageno, homme oiseau, à l’air tandis que Monostatos le Maure représente la Terre.

 

Sur le déroulement de l’initiation :

-         L’évanouissement de Tamino serait la mort symbolique

-         Les 3 garçons servent de comité préliminaire

-         L’inaptitude de Tamino d’entrer dans le temple est une simulation de l’interrogatoire avec les yeux bandés

-         Tamino et Papageno doivent rester sous l’orage par une nuit sombre rappelant le cabinet de réflexion puis sont interrogés sur leur motivation

-         Ensuite il y a l’épreuve du silence. Tamino parvient à rester muet, tandis que Papageno ne sait se retenir de parler

-         En cette dernière phase d’initiation, pour la purification des 4 éléments, ceux-ci ayant été représentés précédemment sauf l’air, et c’est Tamino qui joue de la flûte qui est son voyage aérien.

 

Dans la partition aussi, par la tonalité en mi bémol majeur (3  bémols à la clef) pour l’ouverture qui commence par 3 accords  0 -00 – 00 

Au second acte, la batterie répétée 3 fois  00-0   et à l’apothéose finale la batterie parfaite 0-0-0.

 

Dans le final, « Die Strahlen der sonne » reprend aussi cette tonalité et termine par 3 accords finaux.

Les instruments à vent sont aussi très présents. Dans le livret, il y a plusieurs fois l’association des 3 vertus maçonniques : vertu, discrétion, sagesse, force, patience et bienfaisance ainsi que le secret qui est le pont fondamental en Loge.

 

Cette œuvre est un cheminement et une initiation semée d’épreuves dont se sortent Tamino et Pamina. Ils suivent leur chemin en progressant vers la connaissance, la vérité et la lumière. Ce sera le triomphe de la raison, de la maîtrise de soi et de la sagesse sur les forces obscures.

Ce cheminement des ténèbres vers la connaissance et la lumière évoque l’opposition entre la pensée moderne de l’époque et l’obscurantisme de l’Église

 

Les personnages dépeignent bien ce courant :

La Reine de la Nuit, symbole du monde des ténèbres est égoïste et animée d’une volonté de puissance et les 3 servantes par la cupidité.

D’un autre côté, Sarastro illustre la grandeur d’âme et la générosité, et ce dans la lumière du soleil.

Ce qui sous-entend que seulement les personnes aux cœurs purs, nobles et courageux pourront surmonter toutes les épreuves initiatiques.

Papageno, homme du commun, par son bavardage et sa superficialité échouera dans sa quête.

 

Cette œuvre nous rappelle l’état d’esprit des Loges de l’époque, fréquentées que par la bonne société.

On notera tout de même que Sarastro agisse comme un despote, certes éclairé, mais il a tout de même enlevé Pamina, il décide du destin des 2 héros principaux et choisit les futurs initiés, il gracie la Reine de la Nuit. Nous sommes dans un système de castes propres à l’époque avec un chef au sens absolu du terme, des exécutants à l’échelon inférieur (les prêtres) et l’esclave (Nonostatos).

 

À cette époque ainsi, les femmes avaient peu de droits. Sarastro et les prêtres l’affirment à plusieurs reprises. À la Reine de la nuit, ainsi qu’aux 3 servantes sont attribués les défauts caricaturaux dont on affublait le sexe féminin.

Avons-nous beaucoup changé ?

 

J’ajouterai qu’il était osé à cette époque de démontrer qu’une femme avait autant d’aptitude qu’un homme à recevoir la Lumière

 

Gil\ Isn 

 

 

 

 

 

 

Mozart-flute.JPGLA FLUTE ENCHANTEE

 

Une aventure musicale au cœur de l’homme.

 

Travaux de la RL « Acacia di Scozzia »à l’O. d’ASTI.

 

Le présent d’honneur offert  par la  Respectable Loge italienne à la Respectable Loge mère d’ 0llioules est un  prétexte à cette longue étude. Le tableau reproduit en couverture de cet ouvrage représente une synthèse de la symbolique maçonnique dans la Flûte enchantée. Il est ici commenté dans ses détails symboliques.

 

 

Più che un’Opera, il Flauto Magico di W.A.Mozart, rappresenta un viaggio aldilà della semplice percezione fisica del suono.

 

Plus qu’une Oeuvre musicale, la Flûte enchantée, est un voyage qui outrepasse la simple écoute du son.

 

Molti, tra gli spettatori che affollavano le rappresentazioni al Theater auf der Wieden di Vienna, vi vedevano solo una bella favola per bambini, una farsa per divertire la plebe.  Solo alcuni, ieri come oggi, compresero il mistero cosmico nascosto fra le note dell’Opera.

 

Les nombreux spectateurs qui comblaient le Theater auf der Wieden de Vienne, y voyaient seulement un conte pour enfants, pour faire rire le peuple. Seulement quelques-uns, hier comme aujourd’hui, réussissent  à comprendre le mystère cosmique caché parmi les notes de l’Oeuvre.

La rappresentazione si svolge su due piani: la prima sul palcoscenico, con i cantanti, gli attori, i musici, le scenografie; la seconda si svolge nell’immaginazione dello spettatore che rivive in maniera del tutto personale la vicenda.

 

I dû piano sono rappresentati nel quadra di Andrea dal pavimento a scacchi : lo spettatore comune rimane in una sola casella, bianca o nera, mentre colui che conosce il simbolo riesce a entrare e uscire nelle due dimensioni.

 

La représentation se déroule sur deux plans : le premier sur la scène, avec les chanteurs, les musiciens, les acteurs, etc., le second se déroule dans l’esprit et l’imagination du spectateur qui vit d’une façon toute personnelle la magie du conte.

 

Les deux plans sont représentés dans le dessin du F. : Andrea (voir couverture) par le pavé mosaïque : le spectateur ordinaire reste, d’habitude, dans un seul plan : c’est à dire la musique, le conte, la lettre. Mais celui qui connait le message du symbole réussit à jouer sa partie aux deux plans en se voyant lui même sur la scène, allant et venant du blanc au noir.

L’Opera si apre con un’Ouverture dal respiro grandioso, mitico : è il respiro del Demiurgo che crea i Mondi, le Stelle, le Galassie. La tonalità dominante è in  MIb.magg.,  la tonalità chiave di tutto il Flauto Magico. Un gruppo di cinque accordi solenni, ieratici, ci introducono magicamente in un nuovo universo,  con un ritmo fugato, incalzante. I cinque accordi sono raggruppati in una figura ternaria:                        

  -0- o0 –o0 -       . Lungo – corto-lungo -  corto-lungo

 

Le début de l’Opéra s’ouvre avec une Ouverture de grande envergure, de longue haleine ; mythique est le souffle du Démiurge, créateur des Mondes, des Galaxies, des Étoiles.

La tonalité dominante est mi-bémol Maj. La tonalité-clef de la totalité de la Flûte enchantée.

Cinq accords, solennels, majestueux, sacrés, nous introduisent magiquement dans un Nouveau Monde avec un rythme fugué, très entraînant. Les cinq accords sont rassemblés de façon ternaire : 0-o0-o0. Long- bref long – bref long.

 

Così, l’intera Opera si apre all’insegna del numero Cinque, che simbolicamente esprime l’Uomo e la natura umana, all’insegna del pentalfa pitagorico.  Il numero Cinque contiene il numero Due e il numero Tre: il principio femminile e quello maschile.  Concetto rivoluzionario pey il secolo dès Lumi, doue  la donna procède di pari paso, anche iniziaticamente, con l’Uomo.

 

L’Opéra  s’ouvre ainsi sous l’influence du nombre cinq. Le nombre de l’Homme et de la nature humaine : le pentagramme pythagoricien.

Le nombre cinq contient le nombre deux et le trois : c'est-à-dire le principe féminin et le principe masculin.

Une conception révolutionnaire pour l’époque des Lumières, où la Femme marche à côté de l’Homme, dans le même dans le chemin initiatique.

 

L’Uomo da solo non può superare le terribili prove della purificazione dell’Essere.  Da solo non potrà risorgere, rigenerato a nuova vita senza il ricorso alla dimensione del Femminino.

Pamina è guidata dall’Amore, la sua forza deriva direttamente dal mondo dello Spirito, e per mezzo di essa guida, protegge, e indirizza il giovane Principe attraverso le dure prove che lo aspettano per diventare Uomo Perfetto.

 

L’Homme, tout seul, est incapable de surmonter les terribles épreuves de la purification de l’Être,

tout seul il pourra ne pas s’élever à une nouvelle vie sans s’adresser à la dimension du Féminin.

Pamina est conduite par l’Amour et sa force vient-elle directement du monde de l’Esprit ? Cette force la conduit, protège et dirige le jeune Prince parmi les dures épreuves qu’il doit surmonter pour devenir Homme parfait.

 

Il giovane Principe Tamino viene da un lontano Paese dell’Oriente, dove sorge il Sole. E’ arrivato nel Paese delle Tenebre, dell’Oscurità, il Regno della Regina Astrifiammante, la potente Dea delle forze occulte della Terra.  Il suo canto fa rabbrividire ogni essere vivente del suo Regno.

 

Le jeune Prince Tamino vient d’un Pays lointain de l’Orient, où se lève le Soleil.

Il est arrivé dans le Pays de Ténèbres, d’Obscurité : Le Royaume de la Reine de la Nuit, la Déesse à l’Étoile scintillante, la puissante déesse aux  forces cachées de la Nature. Son chant fait frémir de peur chaque être vivant.

 

Il sou Regno è in mezzo alla  pénombre, illuminât dalla Luna e dalle Stelle.

 La magica e plaida Luce della Luna fa apparier le sembianze occulte Deslis anime, dominai dalle passion.

Ecco  perché, sul pavimento a scacchi del quadro,   la Regina  appare sotto l’aspetto inquietante, maestoso, terribile di una mantide religiosa.

Son Royaume est caché par la pénombre, éclairée par la Lune et les Étoiles.

 La magie de la lumière lunaire découvre les ressemblances cachées dans l’âme dominée par les mauvaises passions.

C’est pour ça que sur le pavé mosaïque on voit la Reine de la Nuit sous l’aspect à la fois terrible et à la fois inquiétant et majestueux d’une mante religieuse.

 

La mantide religiosa accetta il proprio sposo fino all’inseminazione, e  poi diventa cibo. Che sia stato questo il destino del Re….???

Chi era lo sposo  della Regina?  Probabilmente un dio solare, il Re della Luce, una potenza che garantiva l’equilibrio  fra Luce e Tenebre.  Il simbolo della sua potenza era il  settemplice disco Solare, mediante il quale governava i cicli di luce e di energia. Inspiegabilmente il Re si avala e sta pey mordre.

La Regina vuole subito  impossessarsi del Cerchio di Luce , ma il Re lo lascia al Gran Sacerdote degli Iniziati, Sarastro, che lo indossa solo come simbolo di Potenza . Rimarrà solo un simbolo virtuel  final a que dû nuovi iniziati, maschio e femmina, guidai dal’Amore ristabiliranno nuovamente l’êta Dell’oro, l’equilibrio Dell’asticot Ordine scaturito dal CAO.   Saranno i due giovani amanti: Pamina e Tamino che vinceranno una volta per sempre l’eterno conflitto.

 

La mante religieuse, jusqu’à l’union, accepte son époux, mais après il devient sa nourriture.

Peut-être est-ce là le sort du Roi……..???

 

 

 

Mais qui était l’époux de la Reine ? Probablement un dieu solaire, le Roi de la Lumière, une Puissance qui assurait l’équilibre entre Lumière et Ténèbres. Le symbole de sa Puissance était le septénaire Cercle solaire, parmi lequel il gouvernait le cycle de Lumière et de l’Énergie. Mais inexplicablement le Roi devient malade et proche à mourir.

La Reine veut avoir le Septénaire Cercle solaire, mais le Roi le donne au Grand Maître des initiés, le Savant Sarastro, qui le portait seulement comme symbole virtuel de Puissance. Et restera un symbole jusqu’à ce que deux initiés, mâle et femelle, conduits par l’Amour, rétabliront de nouveau l’Âge d’Or, l’équilibre de l’Ancien Ordre sorti du Chaos. Ce sont Pamina et Tamino, les deux Amoureux, le couple qui va vaincre le conflit éternel.

 

Quando il Serpente del Chaos primordiale irrompe sulla scena il Principe cade sopraffatto dalla paura, sconvolto dalle forze che il Drago ancestrale scatena intorno a sé. Il Serpente risale dagli abissi della Terra e nella Terra ritornerà scacciato dalle Tre Dame, le Ministre della Regina, che taglieranno il suo corpo in Tre Pezzi, un pezzo per ogni Dama, con le lance d’argento, il metallo lunare.

 

Lorsque le Serpent du Chaos primordial entre en scène, le jeune Prince tombe au sol frappé par la puissance et la force que le Dragon ancestral porte en lui.

Il remonte des abîmes de la Terre et à la Terre il retournera déplacé pour les Trois Dames, ministres de la Reine. Les Trois Dames couperont le Serpent en trois morceaux, un pour chacune, avec des lames d’argent, le métal lunaire.

 

 

 

Le tre Dame sono curiosamente rappresentate come tre grandi lumache velate, di fronte ad un principe molto piccolo-

Esse rappresentano le forze primordiali della Terra, intrise di humus e di forza che lentamente tutto distrugge ma che lentamente tutto fa di nuovo ricrescere.  Tale il simbolismo del numéro Tre, que apparait net ter pezize del Serpente, n’elle  ter Lame d’argent, n’elle ter dame stase.

 

Les trois Dames sont curieusement représentées comme trois grandes limaces voilées, face à un prince très petit.

Elles représentent la force primaire de la Terre, qui lentement détruit, mais qui aussi bien lentement fait renaître.

Voilà le symbolisme du nombre trois, dans les trois morceaux du Serpent, dans les trois lames d’argent, et dans les mêmes trois Dames.

 

I ter Fanciulli sono rappresentati Côme ter Piccoli Lucciole que scendono dal’alto. Le loto qualité non-sono terrienne Côme quelle d’elle Lumache, sono la qualité solaire, delco Spirito : Essi sono Giovani e Forti , Belli  e Saggi….

Con queste qualità aiuteranno il giovane Principe a superare le paure e i pericoli del suo viaggio.

 

Les trois garçons sont représentés comme trois petits vers luisants qui descendent du Ciel. Leurs qualités ne sont pas terrestres comme celles des limaces. Ils ont des qualités solaires, les qualités de l’Esprit : ils sont : « Jeunes et forts, beaux et sages »

 

Avec les qualités de l’Esprit, le jeune Prince pourra surmonter tous les obstacles, les périls et les risques du chemin parmi les quatre Éléments.

 

 

Il viaggio tra i quattro elementi è il percorso naturale che l’individuo deve compiere per nascere, crescere, morire e rinascere. Questo viaggio non inizia e non termina, è un’esperienza in continua evoluzione circolare, interrotto dalle forze velate delle passioni terrene solo quando si è sopraffatti dalla paura e dallo smarrimento di Sé, quando manca il coraggio per fare fronte all’esistenza.

Ma riprende il suo ciclo quando il Sé è rigenerato dall’Amore e guidato da “Forza, Bellezza e Saggezza”

 

Le voyage parmi les Éléments est le parcours naturel que l’Homme doit faire pour naître, croître, mourir et renaître.

Ce voyage qui, ni ne commence ni ne s’achève : est une expérience unique, en évolution circulaire continue. Il est arrêté par les seules forces voilées des passions terrestres, quand le Soi se perd dans la peur et l’angoisse, par le manque de courage pour faire face à la vie.

Mais le cycle recommence quand le Soi est renouvelé par l’Amour et conduit par « Force, Beauté et Sagesse ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by écossaisdesaintjean - dans HISTOIRE

Présentation

  • : Le blog de ecossaisdesaintjean
  • Le blog de ecossaisdesaintjean
  • : Site de publication et de recherche en franc maçonnerie. Le symbolisme et l'histoire y sont étudiés ainsi que la rituelie comparée. le Rite ecossais Primitif et son symbolisme y sont décrit. Le blog est ouvert, les planches de différents rites sont acceptés
  • Contact

La Revue du Maçon (RDM)

La Revue Du Maçon (RDM) publie regulièrement les morceaux d'architectures et les planches sur les thèmes des symboles , des mythes et de la tradition, véritables bases de toutes démarches initiatiques. Le franc-maçon éclairé en son for intérieur par la valeur et le sens universel des symboles est alors apte à agir dans son environnement.

"La recherche symbolique reste la valeur de base de toute démarche humanisante".

http://www.glsrep.org/article-la-revue-du-ma-on-123848203.html

Rechercher

">

Commander la Revue Du Maçon

commandez la RDM 

Etudes Récentes

  • Lumière reçue, entrevue et ressentie
    Mon ressenti en Loge: <> JUNG Je fus conduite ici, parmi vous mes chers frères et sœur par la recherche de la lumière, de la connaissance....
  • II ème Partie/ Dévoilement hypostatique en loge et la perception du maçon.
    Nous abordons la deuxième partie de l'étude "Dévoilement, hypostase et Principe". Le voile est un symbole qui opère une rupture, une séparation du monde des apparences permettant une projection imaginaire et un franchissement. Il n’y a pas de voile qui...
  • Dévoilement, hypostases et Principe
    Influence du dévoilement sur la perception du réel en loge La loge est un lieu de convivialité horizontal et vertical. C’est un creuset, un lieu de « croisement » d’une fraternité horizontale qui se confronte au sacré vertical par la ritualisation du...
  • Le voile est levé
    « Le voile est levé… » Depuis plusieurs années, j’officie en tant que F :. M :. des C :., au sein d’autres ateliers de la GLSREP. Il y a deux moments de la cérémonie qui sont pour moi particulièrement marquants et puissants : c’est lorsque d’une manière...
  • L'acclamation écossaise - deuxième partie
    L’acclamation écossaise : Sémiotique élargie de la geste acclamative commune : Dans la suite de notre première partie, il convient d’entrevoir dans l’acclamation écossaise autre chose qu’un mot à traduire. Nous tenterons d'élargir notre champ exploratoire....
  • L'acclamation écossaise- Premiere partie.
    L’acclamation écossaise : Le souffle clanique et l’essence en partage Bien des auteurs maçonniques ont écrit sur la signification de l’acclamation écossaise et ses différentes variantes. Leur démarche était de rechercher un sens lié à l’origine étymologique...
  • Le Centre, l'Agarttha.
    L’Agarttha ou le centre du monde Du Centre et des centres : Si les mythes sont éternels, c’est qu’ils fondent une réalité « cachée ». Cette réalité cachée que nous cherchons dans le monde n’est nulle part ailleurs que dans les tréfonds de notre conscience,...
  • L'apport de Guenon à la demarche du franc-maçon
    « APPORT DE L' ŒUVRE DE RENÉ GUÉNON DANS LA DÉMARCHE DU FRANC-MAÇON » suivi de "CONTRIBUTION A LA VIE ET A L’ŒUVRE DE RENÉ GUENON" "Permettez-moi d’offrir ce travail de recherche à celui qui m’a aidé à découvrir René Guénon, au TVF Cl.°. Grel.°.". D’aucuns...
  • La Voûte Etoilée
    La Voûte Étoilée (...) Ainsi, l’une de nos premières tâches au sein de notre Temple, fut de construire la Voûte et, avec le recul, le début de beaucoup d’interrogations fussent-elles conscientes ou inconscientes. Plusieurs possibilités s’offraient à nous,...
  • Le Cabinet de Reflexion
    Le décorum du Cabinet de Réflexion Seule et immobile, l’ambiance est alors propice à l’introspection. Ce cabinet, qui se trouve sous terre et dans une semi-obscurité, représente un caveau dans lequel va mourir le vieil homme et, de par la présence de...