Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 23:40

 OUVERTURE DES TRAVAUX AU REP    

Devoir de mémoire portant sur l’ordonnancement du monde, la rénovation de l’Œuvre, la marche des cycles de la Vie.

 

(L’ouverture des travaux sera principalement traitée dans la profondeur ésotérique du « commencement ». Il existe d’autres interprétations.)      

 

 

 

Ouvrir, c’est commencer, c’est découvrir le secret de la vie et du monde, tenu à couvert derrière la porte du Temple.

La Loge reste un lieu d’élaboration d’un soi identifié à l’Œuvre à accomplir. Cette Œuvre suit des plans devenus lois et règles que les compagnons du Devoir, fils de la lumière et enfants de la Veuve s’attachent à exécuter…

Chaque ouverture des travaux est une genèse pour soi et en soi. Il s’y joue le mystère de la lumière Johanique, créée et incréée, née de la ténèbre originelle et ordonnatrice du Chaos. Le mystère se rejoue là sous nos yeux à chaque ouverture des travaux…

Le franc-maçon est attentif à une Nature plus ésotérique que jamais et dont il tente de percer les mystères de l’origine et du retour. Pour lui la nature est la grande matrice et suivant sa sensibilité manichéenne ou théosophique s’assimile au Divin lui-même. La grande nature est synonyme d’origine et de commencement. Ainsi il l’observe renaissante comme lui-même au contact de la lumière. Le franc-maçon oriente la loge et met en scène les cycles lunaires, solaires et solsticiaux. Il imite le mouvement des sphères planétaires et astrales, étalonne et mesure la matière et l’harmonie des formes, codifie son langage secret en fonction de la parole originelle, élabore un tableau de loge qui est l’arcane du grade écrit en symboles, établi les correspondances qui le mèneront dans la verticalité du Principe.

Le rituel d’ouverture montre à l’apprenti ce qui est caché au-delà des apparences profanes et qui concerne l’origine du monde et de la conscience humaine.

 

L’ouverture se fait en trois étapes : 1) l’arrivée des Frères et de la Lumière primordiale en loge, 2) l’ouverture de la loge,

3) l’ouverture des travaux.

Ces étapes sont marquées par la frappe maillet(1) du Vénérable répété par les Frères Surveillants.  Le maillet symbole de l’autorité et de l’ordre, rappelle aux Frères qu’ils doivent suivre avec humilité et rigueur(2) les préceptes de la Franc-maçonnerie. Un triple coup ébranle la tranquillité de la loge et va animer l’espace. Rappelons que la loge en matière organique est une cavité qui protège et héberge un organe(3) vital. Ce point n’est pas sans intérêt pour qualifier la production(4) de la loge et l’identification de l’individu à un groupe organique(5) qui invoque, élabore et travaille(6) à la lumière de l’initiation.(Qui, faut-il le rappeler, est au REP la lumière de Vie de Saint-Jean l’évangéliste.)

 

Le Vénérable - À l’Ordre mes Frères; aidez-moi à ouvrir la Loge générale d’Apprenti. Frère 1er Surveillant, quel est le premier devoir d’un Maçon en Loge?

Le terme de loge générale(7) vient du lieu de réunion universel des maçons opératifs au moyen-âge où l’art de la construction sacrée est enseigné au sein d’une corporation qui grâce au devoir qui l’anime a obtenu le privilège de sa liberté. Cette liberté s’envisage sur un double aspect : la liberté de circuler dans et hors de l’espace sacré et la liberté de penser dans le temporel et l’intemporel. Le maçon est homme de devoir, héritier des Anciens Devoirs et Obligations du Régius en 1390 et du Cooke en 1410 et conserve en mémoire la première phrase des constitutions d’Anderson de 1723 « Un maçon est obligé par sa tenure d’obéir à la loi morale ».

 Le local où ils se réunissent doit être aménagé à l’image du cosmos afin de permettre la préparation d’un évènement de première importance : la réception de la lumière et la lecture du plan(8). Cet aménagement « universel ou général » est une mise en ordre au milieu du chaos profane.

Il s’agit d’ouvrir les travaux en loge qui logiquement vont suivre l’ouverture de la loge.

 Ouvrir la loge c’est s’ouvrir soi-même, ouvrir son esprit, accepter de créer une brèche(9) dans notre moi égotique qu’une lumière venue d’en haut viendra éclairer. Ici la lumière initiatique (ou lumière vitale) viendra illuminer et donc « animer(10) » notre âme (premier degré).

Le Vénérable demande le concours de tous les Frères pour parvenir à cette ouverture difficile qui évoque la recréation du monde et l’ouverture de soi.

Ensuite il demande quel est le premier devoir d’un franc-maçon en Loge. Le rituel parle de « premier devoir » laissant entendre qu’il en existe d’autres, mais que celui-ci à un lien avec la loge générale.

 Les devoirs qui sont les siens découlent de ces deux libertés liées à la corporation du métier qui ne doit pas s’entendre au sens vulgaire, mais au sens symbolique. La « corporation du mestier » est l’incorporation(11) de l’homme à une voie initiatique travaillant à la transformation de la matière jusqu’au chef d’Œuvre.

Il semble que le devoir ici soit le principe opératif de la loge dans sa mise en fonctionnement. Tous les Frères sont tributaires d’un devoir qu’il conviendra de définir. Évidemment le rapprochement se fait avec les compagnons du Devoir qui au nom du Devoir, et donc de leur liberté, ont fait fleurir les plus beaux édifices d’Europe. Le devoir s’exprime à tous les niveaux, dans le fonctionnement de la loge comme aux postes occupés par chacun. Alors le devoir devient charge(12)et suppose alors une vocation dans l’oubli de soi.

L’honneur et l’orgueil d’occuper une fonction ou de tenir un maillet disparaissent à l'aune d’une charge à accomplir au profit de la loge. L’ego de l’individu va disparaître dans les obligations personnelles et collectives de la charge occupée. Rappelons que le devoir peut aller jusqu’au sacrifice de la vie comme le souligne la légende des Quatres Couronnées.

 

Le 1er Surveillant - Vénérable c’est de voir si la Loge est couverte extérieurement, et si nous sommes tous intérieurement Maçons et membres de celle assemblée.

Les travaux vont se dérouler à couvert, car avant d’être capable d’agir à l’extérieur il convient de rassembler les énergies à l’intérieur de la loge et donc à l’intérieur de soi.

Le premier devoir est donc de nous protéger de toute interférence profane afin d’apercevoir ce qui existe en nous. L’univers est si vaste que nous ne pouvons l’embrasser du regard, il nous reste la ressource de regarder à l’intérieur de nous-mêmes. C’est ainsi par analogie entre l’intérieur et l’extérieur et entre ce qui est en bas et ce qui est en haut que nous aurons une vision des règles et des plans utilisés par le Grand Architecte de l’Univers(13).

 

Le Vénérable - Faites y pourvoir. Mes Frères, quittez l’Ordre et prenez place

Cet ordre provient de l’Orient, il dit de se mettre en route vers le chemin de la réalisation de soi, en prenant sa place dans le grand ensemble ou chacun participe.

 

Le 1er Surveillant - Frère Terrible, vous avez entendu l’ordre du Vénérable. Assurez-vous si le Temple est à couvert(14) et si nous sommes à l’abri de tout profane.

Voici la preuve que le titre d’officier est lié à un office et non pas à un privilège. L’office s’inscrit dans l’ordre naturel des choses, l’officiant doit rétablir l’ordre au milieu du chaos profane.

Le Frère terrible va ouvrir la porte. Le symbolisme est très important, car il indique le passage entre deux états, entre deux mondes, entre le connu et l’inconnu, le profane et le sacré(15).

Cette porte est le passage qui permet d’accéder à une réalité supérieure. L’accès doit être refusé aux profanateurs potentiels qui sont ceux qui ne sont pas de la loge (ou qui ne travaillent pas en loge).

Les Frères Surveillants vont faire le tour de la loge en inspectant les colonnes.

Ils commencent leur tournée d’inspection en marchant sur l’Occident, lieu du coucher du soleil, en portant à main droite et sur le cœur le maillet de l’autorité qu’ils incarnent. Symboliquement, ils descendent dans la ténèbre du couchant pour remonter vers l’Orient très éclairé. Cette descente suivie d’une remontée est le signe de tout mouvement initiatique : il faut descendre aux tréfonds de soi pour enfin remonter à la vérité.(16)

Ils se croisent à nouveau, à l’Orient et redescendent prendre leur stalle pour éclairer de cette lumière orientale leurs colonnes respectives.

Les surveillants réfléchissent la lumière du Vénérable comme la Lune(17) réfléchit celle du Soleil. Le rapprochement de la descente dans les ténèbres et de la remontée à la lumière se retrouve dans l’entrée et de la sortie du cabinet de réflexion. Ce cabinet est dit de réflexion moins pour des raisons philosophiques que pour préparer au réfléchissement(18) à l’intérieur de soi d’une lumière que nous découvrons en Loge.

C’est donc un vrai privilège que nous offre la Franc-maçonnerie : voir en soi la totalité lumineuse du créé et de l’incréé. C’est ce qu’on appelle, découvrir la pierre cachée(19).

 

Le Frère Terrible - Frère 2e Surveillant, annoncez au Vénérable que la Loge est à couvert et à l’abri de tout profane.

Le Frère Terrible avant d’annoncer que la loge est à couvert a regardé à l’intérieur de lui-même, a agi et a écarté le profane en lui. Il nous invite à en faire de même.

Le secret est là, écarter le profane en soi permet de recevoir la lumière. La tradition parle d’un chemin à suivre. C’est pour nous inciter à un double mouvement intérieur et extérieur.(20)

Le Frère Terrible se met à l’ordre, l’épée à main droite pointe en l’air et garde sous le menton. Son positionnement dans l’axe de la lumière Orientale et son épée émettrice permet le dosage lumineux des colonnes en fonction des besoins de chaque frère. À chaque tenue ce frère interroge notre intériorité et écarte en nous le profane.

 

Le 2e Surveillant - Frère 1er Surveillant, la loge est à couvert extérieurement, et tous les Frères sur ma Colonne sont membres de cette assemblée

Cet ordre est répété au Vénérable par le Premier Surveillant. La parole circule comme l’énergie en loge de l’Orient à l’Occident et inversement. Soit, de l’esprit à la matière, du créateur à la création ; c’est une mise en harmonie qui implique le corps de chaque maçon dans la mise « en » ordre. Cette parole en tant qu’énergie créatrice circule, s’ordonne et porte le souffle de la vie. Ce souffle est une information qui n’a d’effet que si nous y sommes « ouverts », réceptifs. D’où l’expression « aidez-moi à ouvrir la loge ». Nous ne devons pas assister au rituel, mais assister le rituel. Nous y participons en nous levant et en nous mettant à l’ordre : par l’inspire et l’expire d’un corps à l’ordre, nous vivons le rituel, nous devenons le rituel.

L’ordonnancement sera visible dans le tableau ou tapis de loge posé sur le pavé mosaïque. Le pavé sous-jacent suggère l’alternance de la montée et de la descente du corps mis à l’ordre et de l’esprit mis en éveil. La circulation des flux(21) et des paroles entre l’Orient et l’Occident implique une notion de vécu et d’entendement de ce qui est exotérique ou ésotérique. À chaque situation une double interprétation s’invite. La première relève de l’attitude physique et de la description des apparences, la seconde relève d’une intériorité qu’on appelle l’éveil.

 

Frère 1er Surveillant, où se tient le Vénérable en Loge?

Le 1er Surveillant - À l’Orient, Vénérable.

Le Vénérable - Pourquoi, Frère 2e Surveillant?

Le 2e Surveillant - À l’exemple du Soleil qui commence sa carrière par cette partie du globe, de même le Vénérable s’y tient pour ouvrir la Loge et mettre les ouvriers à l’Œuvre.

La place du Vénérable est définie entre le Soleil et la Lune, soit incorporée dans la limite de l’univers « tangible(22) ». Sa position est haute en regard des colonnes du Nord et du Midi. Sa lumière est Aurorale, il attendra Midi plein pour « former et décliner le Verbe ». Tout ce qui est mis en place se fait pour accomplir l’Œuvre suivant la lecture du Plan.

 

Le Vénérable - Frère 1er Surveillant, à quelle heure s’ouvre une Loge régulière d’Apprenti?

Le 1er Surveillant - À midi, Vénérable.

Le Vénérable - Frère 2e Surveillant, quelle heure est-il?

Le 2e Surveillant - Midi plein, Vénérable.

Après la loge Générale et donc « Universelle », on parle d’une loge « régulière », qui donc est conforme à la loi et à la règle. Il y a une relation indéfectible entre ces deux notions. L’Universel(23) aux deux premiers degrés,  concerne l’Homme et se rapproche du latin « omnes » soit « tous » qui devient le Tout ou la totalité. Cela veut dire que l’Homme est la mesure de l’univers, il est donc à l’image du Tout et inversement le Tout est en lui.

Est « régulière » la loge qui suit la règle et qui à pris la mesure du Tout par ses membres. La règle est ici la loi universelle de la création. Donc l’Universel associe l’Homme à la Loi-Principe. Plus tard au grade de maître on parlera de « Loge Royale » en référence à la voie à suivre pour l’exaltation qui nous fera passer des petits mystères aux grands mystères.

C’est au Sud et à Midi que l’on perçoit la lumière la plus intense. L’homme y reçoit le maximum de la transmission énergétique. L’apprenti bénéficie de cet apport vital, lui qui, assis dans le froid septentrional, fait face à ce Sud encore lointain.

En travaillant à midi, le maçon est dans l’harmonie éclairée du cosmos. Il fait corps avec la création solaire dont il semble procéder.

À ce point sommital, il est hors du temps, dans l’instant suspendu de l’éternité. Puis, la marche cyclique reprendra son cours jusqu’à minuit, l’exact inverse de midi, soit le point suspendu dans les ténèbres et le silence(24).

La marche de l’apprenti sera donc une dynamisation de ces deux points sommitaux. Ce sera la marche de la vie renaissante partant de la Ténèbre et du silence vers un lieu plus éclairé.(25)

 

À midi plein tout est prêt pour que survienne un évènement :

 

Le Vénérable - Frères 1er et 2eme Surveillants, puisqu’il est midi plein et que la Loge est couverte, il est temps de l’ouvrir et de mettre les ouvriers à l’Œuvre. Annoncez sur vos Colonnes respectives que la Loge qui était fermée et qui est couverte va être ouverte par les Signes ordinaires. (L’annonce est répétée)

SUIVENT LES TROIS COUPS DE MAILLET du Vénérable puis des deux Surveillants.

 

Cet ordre est répété par le Second Surveillant qui s’adresse à la colonne du Nord puis le  Premier pour le Midi.

Le MIDI est « plein », en plénitude lumineuse, prêt à illuminer notre intériorité. C’est  un travail d’accouchement par le Verbe. La gestation dans un ailleurs céleste se termine pour aboutir dans un présent terrestre. Au travail gestationnel et ontologique succédera le travail dans la matière.

L’accouchement de la lumière se mime par trois coups de maillet par trois. OOO

Ici est formé et décliné le verbe créateur, on lui donne une forme dans le monde matériel et dans les trois états de perception humaine lié à la forme : le physique, le psychique et le spirituel. (Il existe d’autres états qui se détachent de la forme).

Cette « formalisation » est donc distincte de l’informe illisible et non visible. C’est le Verbe qui, installé dans la Loge, nous donne  l’image du Monde manifesté et différencié.

Ici la loge est ouverte pour accueillir la lumière.

 

Après l’ouverture de la loge commencera l’ouverture des travaux. Les maçons sont au travail et à l’Œuvre. Le travail sera individuel et collectif avec une tension, une concentration particulière appelée vigilance qui fera que l’acte individuel s’intégrera parfaitement à l’Œuvre collective. Avec persévérance, l’apprenti refera le travail mal exécuté jusqu'à avoir son « mestier en main ». Nous passerons de l’individuel au collectif afin de transformer une loge, qui est le lieu d’élaboration de l’Œuvre, en temple qui sera la maison de la lumière. L’affection des frères et l’Œuvre menée de mains de maître construira cet égrégore qui caractérise le travail individuel dans un cadre collectif. Cet égrégore est un dépassement de l’addition des âmes de chaque maçon pour une entité collective de Frères au sein de laquelle circulent l’énergie créative et l’influence spirituelle.

Accomplir son devoir de maçon consiste donc à mettre au service de l’Œuvre le savoir-faire qui donne accès au savoir-être(26), qui s’appelle aussi connaissance de soi. D’ailleurs le franc-maçon ne se reconnaît pas à son savoir, mais à sa façon d’être et d’agir dans une relation au tout. Enfin cette relation au tout va s’exprimer par des signes qualifiés d’ordinaire, c'est-à-dire ceux qui relèvent de l’ordonnancement du monde selon le grade. Ces « signes ordinaires» du grade sont un langage, la signature extérieure de l’état d’avancement de l’éveil initiatique de l’apprenti dans le Hékal et de l’ouverture angulaire et spirituelle du compas situé au Debhir.

 

Le Vénérable - Mes Frères, évoquons cette lumière que nous sommes venus acquérir en la Franc-Maçonnerie. Frère Maître de Cérémonies et frère terrible, préparez-vous pour votre office selon les usages.

Ici va commencer la déclinaison du Verbe par le Vénérable Maître.

Acquérir la lumière se traduit par « Querir » la sagesse la beauté et la force. Il s’agit d’une Quête. C’est un but inatteignable assorti d’une méthode que nous propose la franc-maçonnerie. Les voiles du mystère initiatique se lèvent par cette méthode qui nous propose un cheminement graduel.

Le frère Maître des Cérémonies frappe le sol avec sa canne comme Moise avec son bâton, Hermès avec sa baguette et le pèlerin avec son bourdon sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. La canne symbolise l’axe du monde qui relie la terre au ciel. Le Maître des Cérémonies véritable ordonnateur de la loge va ensuite prendre la flamme primordiale à l’Autel du Vénérable pour illuminer les lumières d’ordre. Le Vénérable prononce ces trois phrases :

 

Le Vénérable - Que la Sagesse préside à nos travaux.

 - Que la Beauté les orne.

- Que la Force les achève.

 

La lumière triplement déclinée se manifeste dans le Hékal « dans l’ordre architectural » conforme au plan (d’où leur appellation « lumières d’ordres ») par la Sagesse la Beauté et la Force,. A l’inverse pour rejoindre la lumière l’initié « Œuvrera » en Sagesse Beauté et Force et pour qu’il y ait « Œuvre » chaque terme s’appliquera sur les trois plans physique, psychique et spirituel. Le chemin descendant et comme le chemin montant. La lumière est donc trine comme le chemin de l’esprit conciliant les oppositions dans la matière.

 

Tout s’effectue suivant un plan et un ordonnancement immuable, tel que prévu par les rites et rituels. C’est la traditionnelle lumière « trine » qui se met en place faisant apparaître les formes.

La lumière se « manifeste » sur toutes les lumières d’ordre en descendant du ciel. Les paroles prononcées sont l’expression humaine et les coups de canne sur le sol en sont la répercussion terrestre et tellurique. La canne qui se lève, touche le ciel par un bout et frappe la terre par l’autre bout. L’homme est en charge d’harmoniser les énergies et les formes au moyen de la sagesse, de la beauté et de la force.

Suite à l’allumage des lumières d’ordre, les flambeaux des deux Frères Surveillants sont aussi allumés.

La petite flamme qui brille désormais devant les deux surveillants leur confère le pouvoir d’éclairer la colonne de chaque « côté » de la porte, car la vraie connaissance n’est pas celle que l’on garde, mais celle que l’on transmet. Ce qui n’est pas donné est perdu.

C’est cette lumière qui va éclairer le maçon dans l’usage de son libre arbitre.  Nous commencerons à transmettre nous-mêmes lorsque nous aurons trouvé notre voie. C’est ainsi que cette petite flamme viendra éclairer notre chemin jusqu'à l’édifice commun, puis un éclairage total réapparaîtra.

Le Vénérable se trouve au centre des croisées lumineuses, recevant et distribuant la lumière faisant de lui l’intermédiaire entre l’ignorance et la connaissance. Cette lumière si précieuse sera escortée par l’épée du frère terrible qui est le seul à pouvoir lever l’épée symbolisant la vigilance du chercheur de vérité(27).

 

Le Vénérable - Mes Frères, debout et à l’ordre             

Ceci est un ordre donné qui ne demande ni confirmation, ni réplique, car c’est l’annonce d’une vérité nouvelle.

Le Vénérable se lève pour accompagner et parfaire l’union de tous les Frères. L’ordre chasse le désordre.

À l’ordre, c’est la main droite sous la gorge qui semble contenir le bouillonnement des passions qui s’agitent dans la poitrine et qui préserve ainsi la tête. Se mettre debout et à l’ordre c’est être prêt pour l’alliance avec le Grand Architecte de l’Univers, car ce qui va se passer ici, en un lieu et un temps sacrés, appartient à l’histoire et à la franc-maçonnerie, mais pas à l’homme lui-même. Ce dernier est un dépositaire chargé de transmettre.

C’est ainsi que, ne possédant rien pour lui-même, le franc-maçon lorsqu’il se sépare de ses Frères à la fermeture des travaux est soumis au serment de garder le secret et ceci depuis son entrée en franc-maçonnerie. Il ne peut divulguer ce qui ne lui appartient pas et qui le dépasse.

La position debout fait du franc-maçon un intermédiaire entre la terre et le ciel. Les pieds en équerre en terre, la tête dans le ciel, il réunit en lui le matériel et le spirituel. Il ne lui reste plus qu’à ouvrir les portes de son cœur par l’acclamation écossaise et la triple batterie à l’unisson.

 

La tradition initiatique rassemble ainsi tous les frères épars pour une élévation commune vers le Grand Architecte de l’Univers, mais sans jamais se substituer à l’exotérisme religieux qui est en dehors du champ couvert(28).

.

Le Vénérable — À la Gloire du Dieu Tout-puissant, Grand Architecte de l’Univers; au nom et sous les auspices de La GLSREP travaillant au Rite Écossais Primitif, en vertu des Anciens Devoirs et des Pouvoirs qui me furent conférés en fonction de ma charge, je déclare ouverts les Travaux en Loge d’Apprenti…

L’œuvre consistant en l’ordonnancement du chaos en vue d’accueillir la lumière est accomplie par le positionnement de l’esprit et de la matière à la lumière de l’Évangile de Saint-Jean, il ne reste qu’à l’annoncer à la Loge haut et fort. C’est une verbalisation qui, venant de l’Orient, est une imitation(29) du Verbe premier.

Ce verbe semble transiter par Dieu Tout Puissant, puis par le Grand Architecte de l’univers puis enfin par le Maître de la Loge qui place l’équerre sur le compas le tout irradié par le Livre.

Cette déclinaison de la source en trois hiérarchies semble établir un principe démiurgique. En réalité le REP est historiquement témoin de l’arrivée en Loge de la notion de GADLU. Ce dernier s’est accolé au Divin considéré comme le Principe sans prétendre à une démarche démiurgique. C’est un témoignage historique de l’universalisme transreligieux, voir Noachite qui suivi l’apport Andersonien de 1723 et 1737 et celui de De La Tierce des années 1743. Notre rite a conservé la trace de ce passage.

 

Par cette invocation la communion parfaite vient de s’opérer dans un même Amour et une même Connaissance. L’initié au milieu de tous ses Frères les voit avec les yeux du Grand Architecte. Chacun dans l’invocation qui précède doit se rappeler qu’il ne travaille pas à sa propre gloire. Il doit utiliser son cœur pour servir l’autre. Ainsi, construire le temple n’est pas seulement bâtir une personnalité réceptive à une grande vision, mais aussi élever un nouvel Être au-delà du monde visible(30).

 

Le Vénérable - Mes Frères qui êtes à l’Orient, la Loge d’Apprenti étant ouverte vous invite à reprendre vos places

Cette formule sera répétée sur les colonnes suivant le principe de la triple voie(31).

Qu’elle est la place du franc-maçon ?

Chaque maçon à une place et un rôle à jouer dans l’ordonnancement de l’Univers. L’homme n’est pas seul, il participe d’un Tout « ad orientem ». Il sait que l’on veut et que l’on peut ordonner le Chaos. Cette certitude provient du rôle qu’il joua en loge afin de rendre lisible le grand dessin. Gageons qu’il puisse établir pour lui-même un dialogue entre ce qui est en haut et ce qui est en bas.

Le franc-maçon travaillant en loge essaye jour après jour de bâtir un temple intérieursous le « sol salutis » (sous la lumière du salut). Les colonnes ne seront jamais assez hautes pour rejoindre le ciel. Le toit de la loge est une voûte étoilée démontrant le lien permanent entre le ciel et ses deux luminaires qui sont le Soleil et la Lune et le carré long symbole de la matière.

C’est à partir de ce carré long que les francs-maçons décidèrent de bâtir la Loge puis le Temple.

Les francs-maçons travaillent à remplir cet incommensurable espace de leur amour fraternel. Ce sera la voie royale.

 

Le cosmos est donc présent en nous(32). Nous sommes partagés entre la pesanteur gravitationnelle qui nous attache à ce sol terrestre et l’aspiration à s’élever spirituellement. C’est ici que l’ésotérisme de l’ouverture de la Loge nous apprend quelque chose de lumineux sur nous-mêmes et l’univers.

Notre destin semble passer par la brèche ouverte dans l’espace et le temps. L’ouverture de la loge donne bien accès à la grande universalité outrepassant le regard profane.

(…)  ER     

1)En tant que volonté affirmée dans la matière, le coup de maillet s’assimile au LOGOS qui concrétise la Pensée initiale en Parole. La vibration sonore rappelle celle qui fut organisatrice du Tohu Bohu, appelée manifestation. Ce verbe créateur s’exprime en premier par le fiat lux (« Iehi Aor ») G,I,3. Dans l’ordre nous avons : 1er la Pensée à l’intérieur du Principe originel, qui est l’entrée en Loge, en 2nd nous avons le Verbe vibratoire ou Parole qui exprime la Pensée initiale par la frappe du maillet, 3ème, ledit Verbe ordonne et éclaire l’informel par la Lumière.

2)Le maillet de l’autorité devient rigueur dans son application constante. A tous ceux qui cofondent la rigueur du maillet et la rigueur de la faux, je rappelle que la franc-maçonnerie s’attache à la construction suivant la lecture lumineuse des plans, plus qu’à la destruction. La rigueur ne peut être associée à une quelconque sanction. Le rite écossais primitif n’est en aucune façon un rite noir ; c’est un rite lumineux synonyme de vie. Le REP est métaphysique, accepte l’ésotérisme, mais pas l’obscurantisme mortifère. La Lumière provient de la Ténèbre et chassera les ténèbres. Les deux termes n’ont rien de commun d’où la confusion dans certaines interprétations erronées d’un occultisme fondé sur les ténèbres.

3)En ce sens, le cerveau et le sang sont respectivement « logés » dans le crâne et le cœur.

4)La loge à une production spirituelle ou matérielle dans un but spirituel : construire le temple.

5)La franc-maçonnerie « organise » l’initiation individuelle dans un cadre immémorial et collectif.

6)Nous pouvons dire Ora et Labora en lieu et place de l’invocation et du travail. En cabale phonétique on retiendra que l’élaboration est l’association du spirituel par la prière (Ora-oratoire) et de la matière par le labeur (labora), qui nous donne lab-oratoire.

7)Général et Universel s’entend de la plénitude des facultés de l’homme libre, non asservi à un maître ou à un vice, qui se relie par le devoir de mémoire aux lois universelles dont la connaissance fera de lui un homme réalisé.

8)La lecture des Plans fourni par le Divin à David et mis en œuvre par Salomon, est à la voie artisanale l’équivalent des Tables de la Loi fournies par le Divin à Moise pour la voie sacerdotale.

9)Dans la tradition maçonnique, la brèche pour l’esprit est au niveau de la fontanelle et pour l’âme au niveau du cœur percé par l’épée et le compas. Dans tous les cas c’est un « objet rayon » qui fait pénétrer la lumière à l’intérieur.

10)L’animation du corps composé des éléments de base tels que l’eau et la boue, séchée au soleil et à l’air est ce fameux souffle qu’insuffle le divin dans les narines d’Adam. Ce souffle est donc l’âme d’après la Genèse.

11)L’incorporation est l’assimilation de son corps et de son esprit à l’une des pierres de lumière du temple.

12)Il y a une assimilation troublante entre le fait d’assumer sa charge, et le fait de porter la croix. Nous avons d’un côté une pesanteur matérielle normale dans une initiation portant sur la transformation de la matière qui devra être rendue au niveau subtil du chef d’œuvre et la croix portée qui est synonyme de l’avènement ultime de l’abandon du corps de matière pour l’esprit.

13)C’est ici la fameuse logique reliant l’homme au Monde ou à l’Universel (synonyme de Général). C’est le fil de l’analogie et de la correspondance qui est un invariant commun à tous les ésotérismes et qui existe de manière certaine depuis plus de 20 000 ans. On voit dans la caverne de la période Solutréenne, une femme préhistorique tenant en main un quart de Lune barrée de 14 traits, associant le cycle lunaire à celui de la femme. Donc la vie dans sa durée est liée au temps céleste. L’homme est donc en rapport avec le tout.

14)On retiendra la parenté entre l’expression « à couvert » et le verbe « tuiler ». Il s’agit dans les deux cas de se protéger du regard profane, celui de l’extérieur à la loge et celui de l’intérieur de nous même. C’est toujours un couvreur qui place la tuile.

15)La franc-maçonnerie n’a jamais opposé le profane au sacré ni l’exotérisme à l’ésotérisme. Au contraire la science du premier s’enrichit de la « connaissance » du second. Il ne peut y avoir d’ésotérisme fiable sans le rattachement à une base exotérique reconnue. Simplement le niveau d’interprétation sera différent, mais pas nécessairement opposé.

16)C’est ici l’illustration du principe universel de l’analogie inverse, comme le sceau de Salomon, l’arbre inversé, le sablier. L’initié devra voir l’image inversée en soi, unifiant ainsi les contraires en complémentaires. Cette démarche inclut la notion cyclique, le recommencement, le premier qui devient le dernier, etc.

17)On notera qu’autrefois la lune n’était pas positionnée à l’Orient, mais à l’Occident, accentuant le principe réfléchissant des Surveillants.

18)Nous retrouverons dans l’image donnée par un miroir une image inversée décrivant une réalité d’une autre nature.

19)La fameuse pierre cachée du cabinet de réflexion deviendra chez le bâtisseur la pierre rejetée. La pierre est support du sens ésotérique.

20)Le pèlerin sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle pérégrine tout autant à l’intérieur de lui.

21)Cette notion de flux quasi imperceptible relève du domaine subtil qui est le tissus asubstantiel de l’être. Le subtil participe de la matière et de l’esprit et se retrouve dans la forme. Il interagit entre les objets ou les sujets. L’égrégore en est un exemple. C’est aussi la rosée céleste du rose-croix, le feu secret intérieur de l’alchimiste ou l’influence astrale de l’astrologie de tradition. Le subtil se lie à l’état supérieur de l’être et se révèle par signatures et des correspondances.

22)Soit celui de la tangente, celui de la périphérie, née du Logos central. Il devient alors centre secondaire rayonnant, car détenteur de l’épée flamboyante dans le monde de la loge.

23)C’est aussi par cette explication que l’on parle d’une franc-maçonnerie universelle, ce qui n’a rien à voir avec un communautarisme nivelant d’idées sans relief ontologique.

24)C’est ici la loi des correspondances inversées qui trouve à s’exprimer de Midi à Minuit, mais aussi dans l’hexagramme, ce qui est en haut et ce qui est en bas, etc. Cette antithétique implique ce que l’on appelle la loi du retour qui harmonise les contraires dans un habile complément. C’est ainsi que les premiers seront les derniers, et que tout mouvement atteignant son extrême se converti dans son opposé apparent. Ainsi les deux Saint-Jean et l’Ancien et le Nouveau Testament se retrouvent symboliquement assimilés à la course de la lumière entre les deux solstices que nous représentons en loge par les deux colonnes J et B.

25)Nous retrouvons cette symbolique dans le renversement du sablier.

26)Ainsi les outils du grade présents au tableau de loge, trouvent à exprimer leur sens ésotérique superficiel en regard du temple à bâtir, et un sens ésotérique second en regard de la construction de soi. C’est ce que consacre le passage du savoir-faire au savoir-être. Il y a toujours un sens ésotérique lié à la forme (ici le temple) et un autre consacré au fond (ici concernant l’homme et la puissance créatrice).

27)On raconte qu’on a retrouvé derrière les murs des commanderies templiers d’étranges pièces sombres sans ouverture hormis la lourde porte d’accès. Des tentures blanches ornaient les murs et sur l’autel vacillait une petite flamme. Cette petite flamme était gardée nuit et jour par un templier en prière, car la flamme ne devait jamais rester seule et le moment venu de la relève la bougie était changée. Ainsi la flamme brillait sans interruption afin d’éclairer l’homme dans les ténèbres.

28)La voie religieuse en Occident est exotérique, la voie initiatique est ésotérique.

29)Le mimétisme correspond au devoir de mémoire prescrit par les Statuts de Schaw de 1599.

30)C’est aussi le développement de la faculté de double vue qui permet au maçon de voir au-delà des apparences.

31)Ou triple parole qui anime les deux colonnes Nord et Sud en plus de celle du milieu Est Ouest. La triple voie est un écho dans la matière duelle de la puissance originelle. La parole trine étant liée à la lumière, on comprend que les maillets soient associés à une bougie, que l’on retrouve en Sagesse Beauté et Force autour du tableau de loge. La triple voie induit la lumière trine.

32)Dans nos rituels on retrouve les grandes options de la philosophie : pythagoricienne par la loi des nombres et des proportions,  platonicienne par la notion d’essence, où le concret n’est que le reflet de l’idée, mais aussi les principes du monde des formes et les différents plans de l’être face à l’unité, etc.  Cet ensemble varié trouve à s’exprimer dans l’ésotérisme de base du franc-maçon. La version humaniste et sociale de la franc-maçonnerie viendra équilibrer cette recherche et la discipline de l’arcane, en s’assurant que le sens caché apporte un progrès pour l’humanisation de l’Homme, et que le retour dans la Lumière ne soit pas sans effet dans le monde profane.

 

 

Votre blog en version mobile

Vous pouvez consulter votre blog depuis votre mobile !

Votre blog est optimisé et compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez consulter votre blog directement à l'adresse suivante :

http://www.ecossaisdesaintjean.org/m/      

 

Partager cet article

Repost 0
Published by écossaisdesaintjean - dans MORCEAUX D'ARCHITECTURE

Présentation

  • : Le blog de ecossaisdesaintjean
  • Le blog de ecossaisdesaintjean
  • : Site de publication et de recherche en franc maçonnerie. Le symbolisme et l'histoire y sont étudiés ainsi que la rituelie comparée. le Rite ecossais Primitif et son symbolisme y sont décrit. Le blog est ouvert, les planches de différents rites sont acceptés
  • Contact

La Revue du Maçon (RDM)

La Revue Du Maçon (RDM) publie regulièrement les morceaux d'architectures et les planches sur les thèmes des symboles , des mythes et de la tradition, véritables bases de toutes démarches initiatiques. Le franc-maçon éclairé en son for intérieur par la valeur et le sens universel des symboles est alors apte à agir dans son environnement.

"La recherche symbolique reste la valeur de base de toute démarche humanisante".

http://www.glsrep.org/article-la-revue-du-ma-on-123848203.html

Rechercher

">

Commander la Revue Du Maçon

commandez la RDM 

Etudes Récentes

  • Lumière reçue, entrevue et ressentie
    Mon ressenti en Loge: <> JUNG Je fus conduite ici, parmi vous mes chers frères et sœur par la recherche de la lumière, de la connaissance....
  • II ème Partie/ Dévoilement hypostatique en loge et la perception du maçon.
    Nous abordons la deuxième partie de l'étude "Dévoilement, hypostase et Principe". Le voile est un symbole qui opère une rupture, une séparation du monde des apparences permettant une projection imaginaire et un franchissement. Il n’y a pas de voile qui...
  • Dévoilement, hypostases et Principe
    Influence du dévoilement sur la perception du réel en loge La loge est un lieu de convivialité horizontal et vertical. C’est un creuset, un lieu de « croisement » d’une fraternité horizontale qui se confronte au sacré vertical par la ritualisation du...
  • Le voile est levé
    « Le voile est levé… » Depuis plusieurs années, j’officie en tant que F :. M :. des C :., au sein d’autres ateliers de la GLSREP. Il y a deux moments de la cérémonie qui sont pour moi particulièrement marquants et puissants : c’est lorsque d’une manière...
  • L'acclamation écossaise - deuxième partie
    L’acclamation écossaise : Sémiotique élargie de la geste acclamative commune : Dans la suite de notre première partie, il convient d’entrevoir dans l’acclamation écossaise autre chose qu’un mot à traduire. Nous tenterons d'élargir notre champ exploratoire....
  • L'acclamation écossaise- Premiere partie.
    L’acclamation écossaise : Le souffle clanique et l’essence en partage Bien des auteurs maçonniques ont écrit sur la signification de l’acclamation écossaise et ses différentes variantes. Leur démarche était de rechercher un sens lié à l’origine étymologique...
  • Le Centre, l'Agarttha.
    L’Agarttha ou le centre du monde Du Centre et des centres : Si les mythes sont éternels, c’est qu’ils fondent une réalité « cachée ». Cette réalité cachée que nous cherchons dans le monde n’est nulle part ailleurs que dans les tréfonds de notre conscience,...
  • L'apport de Guenon à la demarche du franc-maçon
    « APPORT DE L' ŒUVRE DE RENÉ GUÉNON DANS LA DÉMARCHE DU FRANC-MAÇON » suivi de "CONTRIBUTION A LA VIE ET A L’ŒUVRE DE RENÉ GUENON" "Permettez-moi d’offrir ce travail de recherche à celui qui m’a aidé à découvrir René Guénon, au TVF Cl.°. Grel.°.". D’aucuns...
  • La Voûte Etoilée
    La Voûte Étoilée (...) Ainsi, l’une de nos premières tâches au sein de notre Temple, fut de construire la Voûte et, avec le recul, le début de beaucoup d’interrogations fussent-elles conscientes ou inconscientes. Plusieurs possibilités s’offraient à nous,...
  • Le Cabinet de Reflexion
    Le décorum du Cabinet de Réflexion Seule et immobile, l’ambiance est alors propice à l’introspection. Ce cabinet, qui se trouve sous terre et dans une semi-obscurité, représente un caveau dans lequel va mourir le vieil homme et, de par la présence de...