Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 22:02

Les enjeux des dynamiques symboliques.

Sans intention dégagée de la rituélie et des décors de la Loge et sans « Orientation » lumineuse du sens de lecture des symboles, il est impossible de progresser collectivement vers un langage symbolique commun. Cependant suivant la nature du rite et la pratique du rituel, l’intention peut se réduire à une dimension moralisante (Rite Standard d’Écosse) ou tendre jusqu'à une forme théosophique (Rite Écossais Rectifié). Le Rite Ecossais Primitif autorise par ses origines stuartistes et chevaleresques toutes les variations liées à la Tradition. Rappelons à toutes fins utiles que le Roi Stuart est dit « Salomon sur Terre ».

Pour interpréter et comprendre la structure profonde du réel et découvrir ses arcanes , on utilise le symbolisme constructif, celui des bâtisseurs du Temple. Le Temple est défini comme la maison du divin sur terre, autrement dit comme l’endroit le plus sacré et le plus lumineux, permettant la communication entre la Terre et le Ciel. Donc l’accès au symbolisme constructif induit une pratique de la reliance lumineuse entre la Terre et le Ciel.

Si nous taillons notre pierre, ce n’est pas uniquement pour nous connaitre nous-mêmes, mais aussi pour faire des tombeaux pour les vices et les temples à la vertu.

Le temple de la vertu (dimension éthique et immanente) et le temple de la lumière (dimension métaphysique et transcendante) ont ceci de commun c’est qu’ils instaurent la lumière comme principe illuminateur de la conscience. Il s’agit  de prôner la conscience éclairée en toutes matières.

Le principe illuminateur de la conscience est donc ce qui est issu au plan phénoménal du contenu de la loge.

Ce contenu est inaccessible au profane, car il est le produit 1/ du contexte analogiquement ritualisé de la loge, 2/ de ses décors symboliques, 3/ du groupe qui surdétermine, 4/ les épreuves et 5/ pratiques hermétiques, 6/ pratiques verbales et gestuelles du récipiendaire.

C’est cet ensemble conjugué dans le vécu intime du maçon qui fait le secret de l’initiation.

C’est cet ensemble conjugué  et animé au plan symbolique par 3 dynamiques que nous allons étudier :

L’activité et la progression initiatique du franc-maçon reposent sur le ravissement de l’homme à son état contextuel ordinaire vers un état lumineux et profond de perception du réel dans un milieu séparé.

Je dénombre au moins trois dynamiques à l’œuvre dans la démarche initiatique.

Les trois dynamiques sont :

  • La dynamique du franchissement (prométhéisme)
  • La dynamique de la triangulation des opposants en « composants » (dionysisme)
  • La dynamique de la reliance (hermésisme)

On peut résumer ces trois dynamiques en une seule : le mouvement initiatique est généré par une dynamique générale de triangulation : à partir de deux points connus sur un plan donné, on établit un troisième point à atteindre ou à suivre dans un plan supérieur.

La relation entre les objets symboliques qui meublent le paysage maçonnique au nom de cette dynamique peut être étudiée

  • sous l’angle de la relation causale (relation et interaction fondées sur une cause et produisant des effets), ou
  • sous l’angle de l’intériorisation  donnant à la dynamique une présence et une action en soi. Cette présence en soi du symbole est de nature phénoménologique et s’abstrait en partie de la logique causale.

 Nous avons deux intelligences qui œuvrent en matière initiatique,

  • l’intelligence du logicien rationaliste  qui s’attachera au côté opératif du symbolisme constructif et
  • l’approche phénoménologique du réel qui s’attache à l’aspect opérant en soi des combinatoires symboliques. Cette dernière approche est appelée intelligence du cœur, car fondée sur le « réel ressenti ».

Ces deux intelligences participent aux représentations mentales que nous avons de la réalité. L’initiation est une perception du réel profond qui donne à l’observateur un rôle non neutre dans la production du réel.

L’intelligence du cœur nous permet d’investir le non rationnel par "incorporation symbolique" :

On notera que dans le rituel et la légende du grade, le passage entre les deux perceptions du réel se fera par métonymies successives  entraînant des substitutions syntaxiques et sémantiques qui aboutiront généralement à une métaphore. C’est ainsi « tailler sa pierre » deviendra « apprendre à se connaitre » et « tendre vers la perfection » (quasi-métonymie).

L’homme se substitue à la Pierre brute  donc l’apprenti est une pierre brute !!! (Métaphores + Syllogismes) donc le temple de lumière est fait de pierres vivantes, donc l’Homme est le temple,  donc la Lumière est en l’Homme, etc.

Le cadrage de la représentation mentale sera étalonné sur un rituel fait d’images iconiques (Tableau de loge…), de rythmes, de la geste verbale et non verbale qui vont fonder la communauté initiatique.

Nous pouvons donc dire que les trois dynamiques à l’œuvre dans l’initiation maçonnique sont quasi-métonymiques et métaphoriques.

L’initiation artisanale et une initiation à la réalité profonde qui permet d’explorer les structures cachées des formes et des êtres par l’apprentissage des dynamiques qui œuvrent à la représentation d’un réel profond.

I / La dynamique du franchissement

Cette dynamique repose sur la présence d’un seuil et d’un gardien du seuil:

La loge pour le profane vu de l’extérieur se caractérise en 10 points :

Approche des dynamiques symboliques à l’œuvre dans la Loge maçonnique par E.°.R.°.

Lieu SÉPARÉ AYANT UN DOUBLE ASPECT EXTÉRIEUR ET INTÉRIEUR/ Contenant  et contenu mystérieux.

La loge est donc un lieu « séparé » du monde ordinaire, un contenant emblématique, au contenu « secret », « sacré » par son évocation du GADLU et « réservé » de par son langage , par ses rites mémoriels et par ses combinatoires de symboles. Ce lieu est animé et légitimé par le sentiment d’appartenance de ses membres aux sagesses antiques et à une reliance à plus haut.

Sans sentiment d’appartenance et donc sans séparation du monde ordinaire, l’initiation perd son caractère exclusif et sacré et devient un simple processus culturel.

A /  Accès au secret du contenu de la loge.

Le secret est lié l’initiation de ses membres et à leur capacité à entretenir individuellement et collectivement, l’intérêt pour les notions de Vérité de Lumière et de Connaissance, mais aussi d’Unité et d’Universalité. On résume ce secret par notre capacité à percevoir la Lumière. Pour y parvenir il faut modifier notre perception du réel par un « réapprentissage » linguistique symbolique et rituélique.

B / Méthode de franchissement du visible simple au visible profond

Il existe une méthode de franchissement qui permet de passer de l’extérieur à l’intérieur, du monde profane au monde éclairé :

Il convient tout d’abord de répondre à la question du gardien du seuil qui demande : Qui es-tu ?

La réponse figure dans le testament. Le testament philosophique oblige l’impétrant à s’inscrire et se situer dans une triple perspective, c'est-à-dire sur 3 PLANS « SUPERPOSABLES » :

1/ en regard du Divin

2/ en regard de la Grande Nature et

3/ en regard de l’Homme

Ces trois questions philosophiques résonnent dans les trois coups portés à la porte du Temple, la triple batterie, les trois voyages dans la loge, les trois coups portés à la pierre brute, la triple voie ou le trépas (trois pas). Ce sont aussi les trois cavités de l’être qui sont sondées : le Corps de matière formant l’homme, le Cœur pour l’élan vital et la Grande Nature et l’Esprit pour le concept du divin.

Réapprendre à percevoir le réel « élémentaire » dans la chair.

L’initiation est en soi une réinitialisation élémentaire de la réalité en « éprouvant » le corps, l’âme et l’esprit.

A : la Terre,  B : l’Eau, C : l’Air, et  D : le Feu,

L’accès aux niveaux supérieurs de l’interprétation symbolique passe par l’apprentissage d’un réel profond. C’est l’approche symbolique qui permet par analogie de décrire et développer différents niveaux d’interprétation du réel. C’est le symbole qui permet de passer d’un plan de lecture du réel à l’autre. Cette possibilité fonctionne à travers des lois d’analogie et des tables de correspondances qui ne sont rien d’autre que la transformation de l’objet signifiant et objet signifié dans plusieurs niveaux de réalité.

« Il n’y a pas de plus grande initiation que la perception de la réalité » d’après Robert Ambelain 1985, simplement il faut comprendre que le réel issu d’une méthode maçonnique ou initiatique est toujours plus profond que la simple apparence. La réalité est une phénomène ressenti, une réalité en soi dotée d’une immanence et une transcendance. C’est ici que se situe le secret et le sacré, dans la profondeur du réel, dans la capacité de ce réel à nous définir au monde et à nous relier à plus haut... Donc le réel profond est, selon Patrick Leterme, une combinatoire de symboles tirés du réel,  traduits sur des plans différents.

Il y a donc dans le champ de la conscience plusieurs plans superposés que nous devons explorer.

 

C / La RÉALITÉ de la Loge et sa clef d’orientation et d’équilibre

Tout passage dans un univers autre, implique la recherche d’une nouvelle clef de lecture permettant la transformation et la transposition.

Cette clef est révélée dans les dimensions de la loge et dans le catéchisme de l’apprenti. L’étendue infinie de la loge est donnée par ses axes qui sont sa structure « invisible ». Cette structure invisible guide tous actes de construction ou de transformations matérielles et spirituelles, mais aussi la verbalisation et la geste du grade considéré.

La clef donne les dimensions qui permettent tous les franchissements de niveaux (transposition, nouveau point de vue) et la reliance à la Lumière, mais aussi les lois de correspondances: « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » Hermès Trismégiste.

Cette clef doit permettre les permutations et substitutions sémantiques et syntaxiques et favoriser la métaphore (transposition sémantique), et autoriser l’établissement de tables de correspondances.

Les 6 directions de la loge sont : le plan cardinal traversé par un axe, soit une croix tridimensionnelle servant plusieurs plans :

Approche des dynamiques symboliques à l’œuvre dans la Loge maçonnique par E.°.R.°.

Cette croix est très proche du Chrisme bien connu du christianisme  repris par Charlemagne dans sa signature. Il s’associe au Christ et symbolise l’incarnation de la Lumière descendante. Elle se retrouve aussi dans la croisée d’ogives avec au centre une pierre du dôme…

Approche des dynamiques symboliques à l’œuvre dans la Loge maçonnique par E.°.R.°.

Cette croix tridimensionnelle tend vers l’infini et l’incommensurable (Omega) et vers l’unité originale, le Centre des centres (Alpha).

Ci-dessous la clef nous permet les transpositions nécessaires au parcours initiatique dans les 3 plans.

Approche des dynamiques symboliques à l’œuvre dans la Loge maçonnique par E.°.R.°.

II / Dynamique de triangulation axiale

Les dualités et opposants apparents transformés en composants et complémentaires.

A/ Polarité et dualité

La loge s’appuie sur des objets symboliques différents ou opposés que l’on va rendre complémentaires.  

Sur quoi repose la dynamique interne à la Loge ? Sur une combinatoire symbolique triangulaire. Tout mouvement nait d’une tension bipolaire ou duale. Les deux pôles sont opposés et pourtant ils composent la base du mouvement. Si le mouvement suit un cheminement axial vers la lumière, à l’égal des trois pas de l’apprenti alignés vers l’Orient, alors il faut déterminer la base bipolaire ou duale de cette triangulation axiale.

Entrons en Loge et constatons comment s’établit la dynamique de l’initiation :

Elle s’établit par contraste entre une vision profane faite d’apparences inertes et une vision éclairée faite de synthèse constructive. Nous allons confronter deux réalités, la première statique  sans complémentarités clairement établies, et la seconde dynamisante, complémentaire, transformatrice et éclairée.

B/ Une marche axiale

Pour qu’une loge soit un «lieu très éclairé », il y faut une orientation et une perspective. Cette orientation fixe un point à atteindre et exclut les autres directions. L’orientation dans la loge est cardinale et axiale suivant une croix tridimensionnelle  ce qui est le schéma de base de toute architecture sacrée, élaborée en regard de la naissance de la Lumière. Ainsi, notre mouvement ira vers l’Orient et ses objets symboliques.

Il y a donc une dynamique de progression que nous retrouvons dans les pas de l'apprenti. Face à une diversité d’objets ayant des fonctions ou des apparences différentes  nous devons rechercher leur point de jonction « orienté ».

Nous progressons vers la lumière et ce qui la protège. Le Temple protège et héberge la Présence divine synonyme de Lumière. Donc la dynamique de triangulation dans la loge doit tendre vers la lumière ou les objets symboliques qui la contiennent. Ici l’objet au niveau de l’apprenti est « sa pierre » qui doit être taillée pour être assemblée dans la construction du futur Temple. La dynamique de construction oblige à voir dans les objets présents en loge ou sur le Tableau de Loge une combinaison de leurs actions ou fonctions pour atteindre la perfection dans la taille d'une pierre porteuse de la Lumière. La pierre parfaite est l’unité de base, constitutive du Temple et suit la même triangulation axiale donnant à la fois un objet parfait (contenant) d’une lumière parfaite (contenu), c’est la sommation: la forme et la lumière sont superposables dans un même axe de perfection.

 

                C/ Une combinatoire lumineuse et SOMMATION

Résumons la triangulation lumineuse : la marche vers la lumière est soutenue par une dynamique symbolique. La dynamique est fondée sur une série d’oppositions ou dualités apparentes. Ces oppositions de lieux, de couleurs ou d’usages, dans les outils et instruments, grâce à l’intention rituelique et à l’orientation du sens, vont se résoudre en complémentarité donnant naissance à un troisième terme « lumineux ».

La transformation des « opposants inertes» d’un point de vue profane en « composants dynamiques » passe par la combinaison de leurs actions symboliques. Cette réassociation des apparences résulte d’un point de vue constructif.

L’objet symbolique en loge se prête à la combinaison.

 Chaque objet est en interaction permanente avec les autres (voir sur le Tableau de loge).

L’objet symbolique en loge est indissociable de la  combinatoire de langage auquel il appartient (celle de l’apprenti, celle du compagnon, etc.). Ce langage est intentionné par l’objectif à atteindre appelé objet contenant « méta symbolique » (ici le Temple à bâtir !) et un contenu essentiel et inatteignable (la Schekinah ou la Lumière). La relation entre l’objet méta symbolique et son contenant lumineux opérant en soi  est la SOMMATION. La Sommation est une relation entre le signifiant, contenant méta symbolique et le signifié « essentiel ». Cette relation est dictée par:

1/ la dynamique du symbolisme constructif, sa finalité (construire un Temple pour accueillir la Lumière),

2/ par l’intention rituélique (faire naître la Lumière en soi),

3/ par la surdétermination du groupe (confirmer le bien-fondé et la réalité « phénoménale » de la démarche).

Ainsi l’objet symbolique sorti de sa combinatoire et du contexte séparé et sacré de la loge perd toute efficacité phénoménale et par conséquent sa dimension « essentielle » pour retomber dans un contexte culturel exotérique.

Sommation et triangulations montante et descendante

Sommation et triangulations montante et descendante

D/ Inventaire des dualités-différences et oppositions dynamisantes

Les objets présents en Loge sont dédoublés en opposants apparents ou en symétrie, mais qui par l’apprentissage d’un réel profond et le truchement du rituel vont produire un troisième terme dans l’axe de la Lumière. Cette production triangulaire sera double : l’une pointe en haut sera un objet symbolique essentiel ou signifié en essence, l’autre pointe en bas restera dans la loge en qualité d’objet concret porteur de lumière, soit un contenant-signifiant.

Les opposants simples : Ce sont par exemple les cases noires et blanches apparemment opposées qui entrent en relation dynamique,  produisant un troisième terme polysémique le Pavé Mosaïque. Il représente en sommet bas un plan calibré  porteur du trait de la manifestation, en sommet haut le nombre d’or générateur des tracés de lumière.

Les opposants symétriques : Les deux colonnes de part et d’autre de l’entrée et donc opposées symétriquement,  et par leur dynamique composée vont constituer la base d’un triangle dont le sommet « ici bas », c'est-à-dire dans la loge,  est  le Saint des saints, et en sommet haut l’hexagramme ou le triangle lumineux.

Les opposants fonctionnels : Le maillet de bois pour frapper et le ciseau de bronze pour tailler, diffèrent dans leur nature et fonction. Ils vont s’unir dans la même action transformatrice de la matière et produire le sommet « ici bas » dans la loge une forme parfaite, et le chef-d’œuvre lumineux (œuvre de l’esprit) en sommet haut.

Les opposants axiaux : Le fil à plomb et le niveau diffèrent quant à leur fonction et vont s’unir dans la même croix tridimensionnelle. La Clef de construction orthonormée dans la Loge (sommet bas) et centre des centres, sommet haut.

Les opposants cycliques : La Lune gestative et réflexive qui s’oppose apparemment au Soleil rayonnant et par complémentarité triangule l’épée flamboyante dans la loge et l’étoile immuable au centre de l’Orient,

etc.

Approche des dynamiques symboliques à l’œuvre dans la Loge maçonnique par E.°.R.°.

C’est la sommation qui justifie les lois de correspondances vécues en soi comme une réalité, la sommation est une verticalisation phénoménale du réel vécu en Loge.

La triangulation permet de faire d’une dualité une union par un changement d’état et de plan.

D/ L’effet miroir  et sommation:

Comment ça marche  avec les outils du bâtisseur pour un apprenti ?

L’apprenti lors de son initiation fait son premier travail en frappant par trois fois la pierre brute par le maillet et le ciseau. L’acte de bâtir par intériorisation de l’objet symbolique va faire du franc-maçon un acteur et bâtisseur en société comme un bâtisseur en esprit. Ce qui est perçu en loge doit rejaillir dans le vécu.

Nous voyons l’objet symbolique comme un signe complexe, permettant des combinaisons à multiples niveaux d’interprétation, jusqu'à l’essence c'est-à-dire jusqu’à la transparence de toute forme représentée.

Approche des dynamiques symboliques à l’œuvre dans la Loge maçonnique par E.°.R.°.

La sommation est le produit analogique du processus opératif dans la matière dicté par l’intention rituélique et la volonté du groupe. C’est un ressenti individuel et collectif, opérant une transformation de notre vision du réel.

La sommation est le sommet hermétique de la triangulation d’un objet symbolique (ici la pierre brute) par la pensée (la tête), la volonté (le maillet) et l’action séparatiste (ciseau)

En résumé pour l’artifex, la sommation est la face « opérante » et mentale de l’opération sur la matière. Cela implique qu’une pierre se taille toute à la fois extérieurement qu’intérieurement en soi.

triangulations et sommation

triangulations et sommation

On notera que le schéma géométrique « Pensée Volonté Action Opératif-opération » suit le même schéma que les pas du Maître franchissant le catafalque. Ce schéma est la base rudimentaire d’un arbre de vie ou arbre de connaissance, en allant du fondement à la couronne…et inversement.

3 Effets miroirs : sommations entre l’objet et soi.

3 effets miroirs: sommation entre l'objet et soi

3 effets miroirs: sommation entre l'objet et soi

III / Dynamique de reliance à la Lumière.

Superposition  des Contenants sacrés.

 

Comment passer d’un monde à l’autre ?

L’objet symbolique est par sa nature propre métonymique et métaphorique, l’objet métasymbolique l’est aussi !

 

S’il existe une dynamique de franchissement, c’est qu’il existe deux rives ou un dehors et un dedans !

S’il existe une dynamique de triangulation des opposants en composants axiaux, c’est qu’il existe une superposition de plans de progression qui devraient aboutir à la représentation d’un « objet méta-symbolique ».

Cet objet contenant la Lumière est à la fois ultime dans la progression initiatique, et originaire, source primordiale ou archétypale recouvrant toutes les sous-déterminations.

L’objet méta symbolique : les objets méta symboliques résultent de combinatoires d’objets symboliques qui les servent. L’objet méta symbolique est un signifiant ultime dans la voie traditionnelle concernée. Son signifié est une vision en « essence » puissamment évocatrice.

Le signifié essentiel est toujours phénoménal c'est-à-dire qu’il donne à voir quelque chose qui se détermine par le ressenti de celui qui reçoit l’information et qui oeuvre à la représentation mentale du réel.

Exemple d’objets méta symboliques, situés au sommet dans leur voie initiatique déterminant le réel profond des initiés :

La Jérusalem céleste pour la voie sacerdotale (Pontifex) (néotestamentaire) ou la Shekinah (vétérotestamentaire).

L’Arche d’Alliance contenue dans le Temple pour la voie artisanale (Artifex) avec la filière de la pierre, celle du bois (l’acacia et le cèdre) et de la forge (le boiteux)

Le Graal et le Golgotha pour la voie chevaleresque (Rex)

 L’objet méta symbolique est donc l’aboutissement d’un processus graduel qui démarre pour l’artifex, à la Pierre brute et aux Cèdres du Liban pour construire le Temple de Salomon et garder l’Arche. L’objet meta symbolique donne une intention au rituel et aux légendes de grade.

C’est une remontée du Terrestre au Céleste. Cela implique la notion de pluralité d’espaces séparés à différents niveaux. Chaque niveau tente de reproduire le même objet, de manière plus ou moins dégradé, car plus éloigné de la source originelle.

Exemple : l’Homme et la Pierre Cubique à Pointe sont une sous-détermination du Temple, car leur forme parfaite est portée par la même structure essentielle… C’est ainsi qu’ils sont (Homme, Pierre Cubique à Pointe et Temple) parfaitement superposables, car procédant du même dessin et plan divin.

L’objet méta symbolique permet « d’orienter », de donner une perspective, un horizon aux combinatoires symboliques de la filière concernée : ici le symbolisme des bâtisseurs du Temple. D’un point de vue phénoménologique la légende du grade accentue et structure l’intentionnalité dans le ressenti. Dans la voie artisanale, tous les outils, instruments et objets symboliques dans l’enceinte séparée et sacrée de la loge ont une relation au céleste via le Temple. La reliance au céleste est fonction finale d’une loge de bâtisseur, la fonction première étant de transformer la matière et les hommes. L’homme deviendra pierre vivante du Temple.  

La reliance céleste est  bien représentée en loge par la voûte étoilée, la Lune et le Soleil, l’Étoile flamboyante,  les colonnes solsticiales, etc.

Superposition des contenants sacrés

Superposition des contenants sacrés

Homothétie des formes contenantes de contenu sacré ou reliquaire (poupées russes)

Le contenant n’est sacré qu’en vertu de son contenu supposé, suggéré et souvent invisible. Ainsi le Contenu "essentiel " est une "réalité révélée" et vécu comme phénomène ultime de la sommation.

Faisons l’inventaire des contenants sacrés contenant la Lumière :

  • La Loge contenant les outils pour construire le Temple
  • Le Temple de Salomon contenant l’arche d’Alliance
  • L’Arche d’Alliance contenant les Tables de la Loi
  • Les Tables de la Loi contenant l’éthique et la métaphysique de l’homme
  • L’Homme (créé à l’image de son auteur Divin) qui contient une enveloppe corporelle, un cœur et une boite d’os qui deviennent des contenants de l’éthique et de la métaphysique des Tables de la Loi : le corps de matière, l’âme animatrice et l’esprit lumineux
  • L’arche de Noé suit le même principe avec son contenu sacré fait de la diversité des espèces issues de la volonté créatrice divine.
  • Le Graal reliquaire qui contient le sang du Christ, incarnation de la Lumière

Donc tout contenant est sacré par le contenu qui établit une relation « symbolique », une reliance directe ou indirecte au divin ou à la Lumière céleste.

La loge est le lieu de la reliance  par son contenu : le VLS, le nom du Divin, l’Étoile flamboyante ou l’Hexagramme et par l’intention de bâtir  l’objet méta symbolique du Temple !

Par conséquent l’axe de réalisation de soi qui se fait en réalisant le Chef d’œuvre, induit un axe de reliance, car le Temple, la Loge et l’Arche d’Alliance et les 3 réceptacles de l’Homme font l’alliance entre la Terre et le Ciel.

En résumé pour l’apprenti :

La Pierre brute  véritable Pierre vivante est le démarrage d’une transformation en soi (miroir – sommation - métaphore)

On frappe la pierre brute par trois coups (orthopraxie) pour faire état de ses cavités secrètes et les « éveiller » à une Lumière plus originelle (3 quasi-métonymies 3 coups-traumas = 3 cavités)

le 1er coup en résonance avec le corps (activation de l’État Corporel)

Le 2eme avec le Cœur (État d’Âme)

Le 3eme avec l’Esprit (État d’Esprit)

L’intervention initiatique sur ses 3 états à pour fonction d’éveiller et harmoniser  les centres (thérapeutique) et de les aligner dans une reliance à plus haut.

Sorti de la caverne, l’homme se dresse face à la Lumière pour illuminer ses trois centres réceptacles: corporel, vital et spirituel.

E.°.R.°.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ecossaisdesaintjean
  • : Site de publication et de recherche en franc maçonnerie. Le symbolisme et l'histoire y sont étudiés ainsi que la rituelie comparée. le Rite ecossais Primitif et son symbolisme y sont décrit. Le blog est ouvert, les planches de différents rites sont acceptés
  • Contact

La Revue du Maçon (RDM)

La Revue Du Maçon (RDM) publie regulièrement les morceaux d'architectures et les planches sur les thèmes des symboles , des mythes et de la tradition, véritables bases de toutes démarches initiatiques. Le franc-maçon éclairé en son for intérieur par la valeur et le sens universel des symboles est alors apte à agir dans son environnement.

"La recherche symbolique reste la valeur de base de toute démarche humanisante".

http://www.glsrep.org/article-la-revue-du-ma-on-123848203.html

Rechercher

">

Commander la Revue Du Maçon

commandez la RDM 

Etudes Récentes

  • LA CLÉ D'HIRAM, notes de lecture 3 ème partie
    « LA CLE D’HIRAM » par Christophe Knight et Robert Lomas (1997) - Editions J’AI LU - Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Arnaud d’Apremont « 3 ème partie des notes de lecture (en 4 parties) de Tha.°. Coq.°. et Elth.°. Bia.°. « Ecossais de l'Hermione...
  • LA CLÉ D'HIRAM, notes de lecture 2 ème partie
    2ème partie Nous abordons ici la 2ème partie des notes de lectures sur « La Clé d’Hiram » par C. Knight et R. Lomas – J’AI LU. Nous devons ce travail de synthèse à Tha.°. Coq.°. et Elth.°. Bia.°. « Écossais de l'Hermione » (Mai 2020). Nous conseillons...
  • LA CLÉ D'HIRAM, notes de lecture (partie 1/4)
    « LA CLE D’HIRAM » par Christophe Knight et Robert Lomas (1997) - Editions J’AI LU - Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Arnaud d’Apremont 1ère partie des notes de lecture (en 4 parties) de Tha.°. Coq.°. et Elth.°. Bia.°.R.°.L .°. « Ecossais de l'Hermione...
  • Le Tableau de Loge des Apprentis, instruction en 18 Points
    Ce qui suit est un PowerPoint en 18 diapos qui suppose une connaissance préalable et suffisante du symbolisme du grade. Il est à l'usage des S S.°. car il nécessite bien des commentaires... Nous abordons ici les dynamiques cachées établies sur le couple...
  • Approche des dynamiques symboliques à l’œuvre dans la Loge maçonnique par E.°.R.°.
    Les enjeux des dynamiques symboliques. Sans intention dégagée de la rituélie et des décors de la Loge et sans « Orientation » lumineuse du sens de lecture des symboles, il est impossible de progresser collectivement vers un langage symbolique commun....
  • Légende d'Hiram - Anamorphose du Maître (Suite).
    Le Parricide contrairement au fratricide fait la place à la disparition d’une hiérarchie surplombante. Cette hiérarchie ou cette autorité est une sous-représentation du divin. Hiram est un artifex, tout comme Hiram de Tyr est Rex et Salomon est Rex-Pontifex....
  • Légende d'Hiram - Anamorphose du Maître
    Un Roi de la lignée Stuart était surnommé par l'aristocratie bienveillante et partisane de "Roi Salomon" ou "Salomon d'Ecosse". Cette appellation(1) de "Roi maçon" se faisait moins en regard de leur qualité de roi bâtisseur, organisateur du métier ou...
  • L'infini et l'au-delà en loge
    L’infini, l’au-delà, et la franc-maçonnerie. Initiation maçonnique aux changements des plans. Nous naviguerons dans l’insondable, entre les infiniment grands et les au-delàs , dans le nadir de l’enfer et le zénith de la Lumière des croyances, mais avant...
  • Appareillages symboliques opératifs (théorie du symbole, chap V)
    Rappel des études précédentes concernant la théorie du symbole, le ternaire axial et l’étude symbolique des Tableaux de loge : Le symbolisme axial trouve à s’exprimer dans un ternaire qui dans les tableaux de loge établit une combinatoire d’objets symboliques...
  • Dynamique symbolique des Colonnes
    Le cadre général de l'étude du symbole dans le cadre maçonnique, nous conduit à poursuivre notre étude sur le ternaire axial, le Tableau de loge et la loge. IV / Dynamique symbolique des colonnes. Les Tableaux de loge et la loge participent du même ternaire...