Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 18:30

LE SECRET

"Secret". C’est sans doute l’un des premiers mots cité dans le monde profane pour qualifier la Franc-Maçonnerie.

A contrario de nombreux auteurs maçonniques et Dignitaires répètent à loisir qu’il n’y a pas de secret en Franc-Maçonnerie.

Alors existe t-il vraiment un secret maçonnique ? Si c’est le cas peut-on l’évoquer sans le dévoiler ? Quelle est la place et la nature de ce secret ?

C’est pour tenter de répondre à ces questions que nous définirons dans un premier temps les contours du mot secret.

Puis nous retracerons brièvement la naissance de la Franc-Maçonnerie moderne et sa nécessité de recourir à la confidentialité, au secret.

Enfin nous verrons que l’on peut évoquer l’existence de différentes natures de secrets en Franc-Maçonnerie.

  • Etymologie et définition du mot « Secret »

Avant d’aborder le ou les Secrets en Franc-Maçonnerie, il nous a paru intéressant d’en relever l’étymologie, la définition …

L’étymologie du mot Secret nous semble particulièrement éclairante.

Ce terme nous vient du latin « secretum » c'est-à-dire « séparé » et dérive de « Secernere » qui signifie « mettre à part » ou « cacher ». Il partage ce lien étymologique avec le mot « sacré » (sacratum).

Il existe donc une étroite parenté entre le mot « secret » et le mot « sacré ».

Le philosophe Pierre BOUTANG[1] abonde en ce sens et décrit le secretum (secret) comme une série de choses se produisant sur terre, mais qui dans leur événement étaient considérées comme un signe des dieux. Ces choses du quotidien qui passent brusquement d’un caractère profane à un caractère sacré, contenaient un message interprété par les prêtres et livré à certains profanes.

On le voit donc bien dés son origine, le secret renferme une vérité supérieure difficilement accessible aux communs des mortels.

En hébreu le secret est désigné par le mot « Sod ». Chose intéressante ce terme désigne également le nom d’une méthode de construction.

Si l’on fait référence à la Kabbale, le « Sod » est le quatrième et dernier niveau d’étude de la Torah et de l’œuvre du divin.

C’est le niveau ésotérique traitant de “la métaphysique et de la révélation des réalités surnaturelles, secrètes et mystérieuses[2] des Ecritures.

Selon la Kabbale, parvenir à la découverte de Sod correspond à la découverte de son soi le plus intime mais aussi à un état de rectification, de création.

La définition moderne du Secret qui nous est donnée par le dictionnaire Le Robert est plus prosaïque : “ensemble de connaissances qui doivent être réservées à quelques-uns et que le détenteur ne doit pas révéler”. L’accent est ici mis sur l’interdiction de dévoiler des connaissances particulières, ce qui se révélera essentiel dans les premiers âges de la Franc-Maçonnerie.

  • La tradition du secret en Franc Maçonnerie

Au temps ancien de la Maçonnerie opérative, pour être admis au sein de la corporation des maçons, le nouveau membre devait se soumettre au Rite des Anciens Devoirs : Lors d’une cérémonie d’admission, il prêtait serment de ne rien dévoiler des secrets du métier (comme les tours de mains et pratiques se substituant à des calculs complexes) et de se conformer à certaines obligations professionnelles et comportementales.

Plus tard, vers 1637 en Ecosse ce rite fut suivi du Rite du Mot du Maçon. Il comportait la transmission d’un secret à l’origine composé uniquement d’une poignée de main et de deux mots de passe.

Ces mots, signes et attouchements, toujours en usage, leur permettaient de se faire reconnaître comme maçon de métier.

A la fin XVIIème siècle certaines loges s’ouvrirent à des non-maçons.

Alors commencèrent à s’y côtoyer des individus de tous horizons.

Ainsi des hommes issus de l’aristocratie, de la bourgeoisie ou de la sphère intellectuelle, attirés par la renommée de ces cercles, intéressés par un système où des maçons de différents niveaux de compétence œuvraient ensemble à la construction d’édifice toujours plus hauts, devinrent membres de ces loges. Des idées nouvelles, plus seulement liées au métier de maçon, commencèrent à émerger et circuler.

C’est ainsi que vont naître en Ecosse puis en Angleterre les premières loges dites spéculatives.

Mais dans des sociétés marquées par la séparation franche des classes sociales, cette ouverture et ces échanges étaient très mal accueillies par les pouvoirs étatiques et religieux.

En témoigne la condamnation formulée par le pape Clément XII dans sa bulle In Eminenti du 4 mai 1738 frappant d’excommunication les catholiques romains devenant francs-maçons.

D’où l’impérieuse nécessité pour les Francs-maçons de se réunir dans le secret pour poursuivre les travaux.

Le secret a ainsi eu pour fonction au cours des siècles de protéger l’ordre des menaces extérieures.

Bien évidemment ce n’est que l’une des facettes du secret en Franc-Maçonnerie.

  • Quid des secrets de la Franc-Maçonnerie…

Pour répondre de façon certaine à la question de l’existence de secrets en Franc-Maçonnerie, il nous faut dans un premier temps nous référer au Rituel.

C’est en particulier dans le serment que prête le nouvel apprenti lors de la Cérémonie d’Initiation que l’on fait référence au secret :

Moi, X ici présent, en présence du Dieu Tout-puissant, Grand Architecte de l’Univers, et de cette Respectable Assemblée, je promets de ne jamais divulguer à aucun profane les secrets de la Franc-Maçonnerie qui peuvent m’être dévoilés actuellement ou dans la suite, sous peine d’avoir la gorge tranchée, le cœur arraché, les entrailles déchirées, moins cadavre brulé et mes cendres jetées aux vents afin qu’il ne soit plus fait mention de moi parmi les hommes et parmi les Francs-Maçons. Ainsi soit-il, et que le Dieu Tout puissant me soit en aide”[3].

Par ce serment le nouvel apprenti s’engage à garder secret ce qui se déroule au sein du temple car “l’efficacité des méthodes de travail maçonnique résulte des liens particuliers qui se créent et n’existent qu’en Loge” [4](G M E.°.R.°.).

Toutes divulgations pourraient ainsi nuire à la qualité des travaux.

De là découle trois types de secrets qu’il nous faut garder :

Le secret d’appartenance : Un Maçon de peut révéler l’appartenance d’un Frère ou d’une Sœur à la Franc-Maçonnerie. Il peut en revanche, sans ostentation, faire état de sa propre appartenance à l’ordre. Mais la prudence reste en la matière conseillée.

Le secret du grade : Un Maçon d’un grade supérieur ne peut révéler les signes, mots et attouchement à un Maçon n’ayant pas le grade requis. De même il ne peut communiquer sur la teneur d’une tenue à son grade à un Maçon de grade inférieur.

Le secret de délibération : Un Maçon ne peut communiquer à un Maçon absent ou d’une autre loge le contenu d’une tenue, notamment en ce qui concerne les votes pour le passage sous le bandeau, l’initiation d’un profane ou l’augmentation de salaire d’un Frère.

Mais tous ces secrets ne sont que des secrets comportementaux auxquels se rajoutent les 7 secrets conventionnels pour chaque grade (voir "Livre de l'Apprenti" éd du Maçon, p 123).

Il existe un Secret bien plus grand : Le Secret Initiatique.

  • Quid du Secret Initiatique du Maçon…

Comme bon nombre de sociétés initiatiques, la Franc-Maçonnerie vise l’union de l’Humain à un principe transcendant, une conscience divine.

La Franc Maçonnerie nous enseigne entre autre que l’Homme a chuté des hauteurs d’un Centre primordial (aussi appelé l’Un ou Lumière absolue) pour se retrouver à la lisière, en périphérie de ce centre, à la circonférence du cercle.

C’est dans cet état que le profane évolue désormais. L’essence de son être ayant perdu la conscience du cosmos qui l’entoure, elle se retrouve enfermée dans une conscience terrestre étriquée.

En cela le profane peut s’apparenter aux hommes enchainés de la célèbre allégorie de la caverne de Platon, considérant comme réel les ombres projetées sur le mur de cette caverne.

Mais la Franc-Maçonnerie nous indique qu’il est possible pour ceux qui en éprouvent le ferme désir, de réintégrer ce Centre initial et cela en découvrant au cœur d’eux même leur propre Centre.

Car le Grand Architecte est comme un “une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part [5]. Par conséquent chacun de nous possède un Centre, un élément principiel immortel, une étincelle divine.

On peut sur ce point faire référence au « Sod » de la Kabbale (vu plus haut) et évoquer cette ancienne légende hindoue qui conclue qu’une part de divin est cachée au cœur de chacun de nous.

La découverte de ce Centre permet donc à l’être matériel (le profane), par essence limitée, de devenir un être spirituel et libre (l’initié Franc Maçon).

Pour accompagner et guider le cherchant dans cette quête la Franc Maçonnerie propose une méthode, un processus d’apprentissage et d’instruction graduel qui débute par une cérémonie d’initiation.

Ce sont les effets produits par cette méthode sur l’initié que l’on considère souvent comme relevant du Secret des Maçons :

Il ne peut en effet être appréhendé qu’en tant qu’expérience éminemment personnelle.

Les mots sont incapables de retranscrire ce ressenti si intime et “aucune mentalité ne parvient à le saisir, sans subir, de ce fait, une modification profonde[6].

Ce sentiment d’incommunicabilité on le ressent dés notre initiation. La rédaction des Impression d’Initiation qui nous est demandée se révèle alors être une terrible épreuve. Comment trouver le mot juste, la phrase qui pourra rendre compte fidèlement de ce que l’on a vécu. Cela s’avère impossible.

Le silence de l’apprenti est d’ailleurs un bon moyen pour que ce dernier puisse prendre la mesure de ce qui se joue en lui.

Cette expérience intériorisante, personnelle et ineffable transforme notre conscience à chaque tenue.

Car comme l’écrit Robert LOMAS “ il y a enraciné dans nos rites quelque chose de voilé et de latent qui s’adresse à quelque chose de tout aussi latent –mais bien réceptif-en nous, les participants. Cette chose qui dépasse le simple caractère solennel et impressionnant du rite s’installe dans notre conscience sous une forme non réalisée et non formulée. Alors nous prenons part au rituel maçonnique, une sensation se développe en nous, l’impression de se trouver en présence d’un mystère qui plonge aux racines de notre être[7].

Tel est le véritable Secret des Maçons.

Pour conclure nous pouvons avancer qu’aussi intime soit ce secret, nous en partageons tous la nature et même mieux nous avons le désir de le transmettre.

C’est la raison pour laquelle tous les Maçons sont unis.

Christ.°. Chiar.°. R.°.L.°. "Les Écossais de Saint Jean"

(A suivre: Le secret initiatique : de la divulgation à la révélation, Notion de reliance, par E.°.R.°.).

[1] Pierre BOUTANG Ontologie du secret, Paris, P.U.F, 1973

[2] Pardès-Wikipédia®

[3]Rituel du Rite Ecossais Primitif page 15

[4] Rite Ecossais Primitif - Communications aux Apprentis page 17

[5] Citation repris par PASCAL, Pensées, Edition Brunschwig Section II, 72

[6] OSWALD WIRTH La Franc-Maçonnerie rendue intelligible à ses adeptes « Le Compagnon » page 81 Editions Dervy, 1999

[7] ROBERT LOMAS Le Secret de l’initiation maçonnique page 32, Editions Dervy, 2010

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ecossaisdesaintjean
  • : Site de publication et de recherche en franc maçonnerie. Le symbolisme et l'histoire y sont étudiés ainsi que la rituelie comparée. le Rite ecossais Primitif et son symbolisme y sont décrit. Le blog est ouvert, les planches de différents rites sont acceptés
  • Contact

La Revue du Maçon (RDM)

La Revue Du Maçon (RDM) publie regulièrement les morceaux d'architectures et les planches sur les thèmes des symboles , des mythes et de la tradition, véritables bases de toutes démarches initiatiques. Le franc-maçon éclairé en son for intérieur par la valeur et le sens universel des symboles est alors apte à agir dans son environnement.

"La recherche symbolique reste la valeur de base de toute démarche humanisante".

http://www.glsrep.org/article-la-revue-du-ma-on-123848203.html

Rechercher

">

Commander la Revue Du Maçon

commandez la RDM 

Etudes Récentes

  • LA CLÉ D'HIRAM, notes de lecture 3 ème partie
    « LA CLE D’HIRAM » par Christophe Knight et Robert Lomas (1997) - Editions J’AI LU - Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Arnaud d’Apremont « 3 ème partie des notes de lecture (en 4 parties) de Tha.°. Coq.°. et Elth.°. Bia.°. « Ecossais de l'Hermione...
  • LA CLÉ D'HIRAM, notes de lecture 2 ème partie
    2ème partie Nous abordons ici la 2ème partie des notes de lectures sur « La Clé d’Hiram » par C. Knight et R. Lomas – J’AI LU. Nous devons ce travail de synthèse à Tha.°. Coq.°. et Elth.°. Bia.°. « Écossais de l'Hermione » (Mai 2020). Nous conseillons...
  • LA CLÉ D'HIRAM, notes de lecture (partie 1/4)
    « LA CLE D’HIRAM » par Christophe Knight et Robert Lomas (1997) - Editions J’AI LU - Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Arnaud d’Apremont 1ère partie des notes de lecture (en 4 parties) de Tha.°. Coq.°. et Elth.°. Bia.°.R.°.L .°. « Ecossais de l'Hermione...
  • Le Tableau de Loge des Apprentis, instruction en 18 Points
    Ce qui suit est un PowerPoint en 18 diapos qui suppose une connaissance préalable et suffisante du symbolisme du grade. Il est à l'usage des S S.°. car il nécessite bien des commentaires... Nous abordons ici les dynamiques cachées établies sur le couple...
  • Approche des dynamiques symboliques à l’œuvre dans la Loge maçonnique par E.°.R.°.
    Les enjeux des dynamiques symboliques. Sans intention dégagée de la rituélie et des décors de la Loge et sans « Orientation » lumineuse du sens de lecture des symboles, il est impossible de progresser collectivement vers un langage symbolique commun....
  • Légende d'Hiram - Anamorphose du Maître (Suite).
    Le Parricide contrairement au fratricide fait la place à la disparition d’une hiérarchie surplombante. Cette hiérarchie ou cette autorité est une sous-représentation du divin. Hiram est un artifex, tout comme Hiram de Tyr est Rex et Salomon est Rex-Pontifex....
  • Légende d'Hiram - Anamorphose du Maître
    Un Roi de la lignée Stuart était surnommé par l'aristocratie bienveillante et partisane de "Roi Salomon" ou "Salomon d'Ecosse". Cette appellation(1) de "Roi maçon" se faisait moins en regard de leur qualité de roi bâtisseur, organisateur du métier ou...
  • L'infini et l'au-delà en loge
    L’infini, l’au-delà, et la franc-maçonnerie. Initiation maçonnique aux changements des plans. Nous naviguerons dans l’insondable, entre les infiniment grands et les au-delàs , dans le nadir de l’enfer et le zénith de la Lumière des croyances, mais avant...
  • Appareillages symboliques opératifs (théorie du symbole, chap V)
    Rappel des études précédentes concernant la théorie du symbole, le ternaire axial et l’étude symbolique des Tableaux de loge : Le symbolisme axial trouve à s’exprimer dans un ternaire qui dans les tableaux de loge établit une combinatoire d’objets symboliques...
  • Dynamique symbolique des Colonnes
    Le cadre général de l'étude du symbole dans le cadre maçonnique, nous conduit à poursuivre notre étude sur le ternaire axial, le Tableau de loge et la loge. IV / Dynamique symbolique des colonnes. Les Tableaux de loge et la loge participent du même ternaire...